l’inat­ten­du cham­pion du monde fran­çais sur 800 mètres

En par­tant seul avant l’em­bal­lage fi­nal, le Fran­çais Pierre-Am­broise Bosse a si­gné hier, un ex­ploit re­ten­tis­sant sur 800 m. Il dé­croche la pre­mière mé­daille d’or du clan tri­co­lore aux Mon­diaux de Londres.

Le Parisien (Paris) - - FRONT PAGE - DENOTREENVOYÉESPÉCIALE À LONDRES (ROYAUME-UNI) SAN­DRINE LE­FÈVRE

LA LIGNE D'AR­RI­VÉE à peine fran­chie, Pierre-Am­broise Bosse se prend la tête entre les mains. Lorsque le spea­ker du stade s'ap­proche de lui, le Fran­çais de­mande a être pin­cé. « Mais je rêve ou pas ?», in­ter­roge-t-il alors. Dans le camp fran­çais, tout le monde est res­té bouche bée. Pier­reAm­broise Bosse, le grand ga­min de 25 ans - fê­tard dans la vie et dé­jan­té sur les pistes - est cham­pion du monde du 800 mètres !

Et dire qu'il n'au­rait même pas du être là. Gê­né par une bles­sure à l'in­ser­tion de l'is­chio-jam­bier, il a ra­mé pour dé­cro­cher les mi­ni­ma, réa­li­sant fi­na­le­ment le temps re­quis au mee­ting de Monaco, à la veille de la clô­ture des en­ga­ge­ments. Et, puis, au mo­ment de prendre l'Eu­ros­tar, Bosse l'étour­di s'est aper­çu qu'il avait... ou­blié son pas­se­port. « Le po­li­cier m'a lais­sé pas­ser, c'était peut-être un signe », riait le Fran­çais en po­sant fi­na­le­ment le pied à Londres.

Nul ne sait si le po­li­cier, qui à la gare du Nord (Pa­ris) a ac­cep­té de le lais­ser fi­ler en re­gar­dant la pho­to du pas­se­port sur un té­lé­phone por­table, a vu que notre Pierre-Am­broise na­tio­nal ne s'ap­pe­lait, en réa­li­té, non pas Bosse mais... Bos­sé. En 2012, en dé­bar­quant aux Cham­pion­nats d'Eu­rope, le cham­pion a tout sim­ple­ment gom­mé l'ac­cent. « Parce que ça fait The Boss », ex­pli­quait-il sous le regard de son père, pas fran­che­ment con­vain­cu. C'est que Pierre-Am­broise, qui ra­conte aus­si qu'il ne raf­fole pas de son pré­nom (ap­pe­lons le plu­tôt Pier­rot), est du genre bor­né. Et in­con­trô­lable. Ama­teur de bières et de pro­jets en tout genre, comme la créa­tion d'un site de ren­contres.

UN DINGUE QUI AIME PRENDRE DES RISQUES

Ses sor­ties, face mi­cro, sont par­fois lu­naires. L'an pas­sé aux Jeux de Rio (Bré­sil), il avait en­voyé un mes­sage à son chat, res­té en France. « Rabs, je sais que tu es­pé­rais mieux toi aus­si. Tu m’avais dit de faire une mé­daille, je ne l’ai pas dé­cro­chée, je suis dé­so­lé. Voi­là ce que tu vas faire, tu vas des­cendre de ce ca­na­pé, tu vas al­ler jus­qu’au fri­go, ou­vrir la porte, tu vas ou­vrir une bière et tu vas la boire cul sec pour moi. »

Quelques jours plus tard, lors du mee­ting de Pa­ris, le fa­meux fé­lin, à qui, entre-temps, un compte Twit­ter avait été créé, dé­bar­quait dans la zone d'in­ter­view du Stade de France !

Lun­di, après sa de­mi-fi­nale, Bosse avait en­core sur­pris son monde : « J’es­père que mon al­ter ego avec le sabre rouge va sor­tir, se mon­trer et nous pondre un truc sym­pa en fi­nale. »

Un mes­sage in­com­pré­hen­sible, dont l'ex­pli­ca­tion n'est pas for­cé­ment plus claire. « Le sabre rouge, c’est le mien, à l’intérieur de mon corps, parce que là je suis un peu trop gen­til. »

On l'au­ra com­pris, Pierre-Am­broise est un dingue, qui s'amuse vrai­ment et qui aime prendre des risques. Il a ain­si été vic­time d'un ac­ci­dent de voi­ture à l'au­tomne der­nier, est par­ti s'en­traî­ner en Aus­tra­lie où, sou­ligne-t-il, tou­jours avec un sou­rire ma­li­cieux, « une Aus­tra­lienne a bien failli le re­te­nir » - comme sur la piste. L'an der­nier, mal­gré la pré­sence du gra­tin du 800 m, dont le re­cord­man du monde, PAB avait pris les com­mandes de la fi­nale olym­pique. « Parce que je pen­sais réel­le­ment que j'étais plus fort que les autres », ra­conte-t-il. Il avait fi­ni qua­trième et ne s'est pas vrai­ment cal­mé. Hier, il a pris ses res­pon­sa­bi­li­tés à 250 mètres de la ligne d'ar­ri­vée. Le bis re­pe­ti­ta de Rio ? Pas vrai­ment ! C'est fois, Bosse est de­ve­nu le boss.

Lon­don Sta­dium (Royaume-Uni), hier. Le Cler­mon­tois Pierre-Am­broise Bosse, 25 ans, est le pre­mier Fran­çais à s’im­po­ser aux Mon­diaux sur 800 m.

Londres. Pierre-Am­broise Bosse a at­ta­qué dans les 250 der­niers mètres.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.