Les pe­tits se­crets des comptes de cam­pagne

Le Parisien (Paris) - - POLITIQUE -

en­sei­gne­ments li­vrés par la Com­mis­sion na­tio­nale des comptes de cam­pagnes et des fi­nan­ce­ments po­li­tiques (CNCCFP), qui a jus­qu’à jan­vier pour vé­ri­fier leur confor­mi­té, les va­li­der et pro­cé­der aux rem­bour­se­ments.

Les can­di­dats de 2017 ont dé­pen­sé 74,1 M€. C’est moins que ceux de 2012 et leurs 98,6 M€. Ce mon­tant s’ex­pli­quait no­tam­ment par les 45,8 M€ dé­bour­sés par le seul Ni­co­las Sar­ko­zy, alors que le Conseil consti­tu­tion­nel li­mite les dé­penses à 22,5 M€ pour les qua­li­fiés au se­cond tour. Cette an­née, l’Etat va rem­bour­ser 32,8 M€ aux par­ti­ci­pants de la pré­si­den­tielle. C’était pa­ra­doxa­le­ment moins (22,7 M€) en 2012. Une dif­fé­rence qui s’ex­plique par le re­jet des comptes de Ni­co­las Sar­ko­zy (l’Etat n’a du coup rien rem­bour­sé) et par un nombre de can­di­dats su­pé­rieur en 2017 : 11 contre 10. Contrai­re­ment à une idée ré­pan­due, au­cun pré­ten­dant à l’Ely­sée n’est rem­bour­sé en in­té­gra­li­té. Ceux qui ob­tiennent moins de 5 % des voix sont in­dem­ni­sés à hau­teur de 4,75 % de leurs dé­penses, les autres de 47,5 %.

Si le can­di­dat LR a été beau­coup plus éco­nome que Ni­co­las Sar­ko­zy en 2012, il n’a pas frei­né les dé­penses pour la com­mu­ni­ca­tion. Près de 510 000€. Le can­di­dat de la droite s’était no­tam­ment of­fert les ser­vices de la Pa­pesse de la com , Anne Méaux. Il ne s’est pas non plus fixé de li­mite dans les frais de res­tau­ra­tion et d’hô­tel­le­rie : 316 000 € sur l’ar­doise quand ses concur­rents sont tous en des­sous des 110000€. Des Zé­nith pleins à cra­quer dans toutes les grandes villes de France et des meetings par ho­lo­gramme… tout ce­la a un coût. Le can­di­dat de la France in­sou­mise a dé­pen­sé 6,3 M€ en réunions pu­bliques. Il est sui­vi de près par Ma­cron avec 5,8 M€, puis Fillon et Le Pen (près de 5 M€). Les pe­tites réunions or­ga­ni­sées par Jean Las­salle n’ont, elles, coû­té que 9 300 €. Jean-Luc Mé­len­chon est aus­si ce­lui qui a re­çu le plus de dons avec 2,9M€… loin de­vant le can­di­dat d’En Marche ! (1 M€). Ma­rine Le Pen n’a, elle, col­lec­té que 43000€. Des chiffres à ne pas confondre avec les le­vées de fonds réa­li­sées par les can­di­dats, qui ne sont que des em­prunts.

Faites ce que je dis, pas ce que je fais. Certes, les can­di­dats aux élec­tions as­surent n’ac­cor­der au­cune im­por­tance aux son­dages. Mais ils ne sont pas les der­niers à faire ap­pel aux ins­ti­tuts. Em­ma­nuel Ma­cron a ain­si dé­pen­sé plus de 325 000 € pour des en­quêtes élec­to­rales, Fran­çois Fillon près de 200 000 € et la can­di­date du FN 190 000€. Jean-Luc Mé­len­chon, Phi­lippe Pou­tou, Jean Las­salle, Jacques Che­mi­nade, Fran­çois As­se­li­neau et Na­tha­lie Ar­thaud n’ont, eux, sol­li­ci­té au­cun ins­ti­tut.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.