Il trans­met le si­da à sa pe­tite amie de peur qu’elle ne le quitte

L’homme a avoué sa conduite ir­res­pon­sable. Il a été mis en exa­men.

Le Parisien (Paris) - - FAITS DIVERS -

ré­ité­rés de mes­sages mal­veillants ». L’homme a été re­mis en li­ber­té mais pla­cé sous contrôle ju­di­ciaire.

Tout com­mence fin 2016, lorsque cette femme de 25 ans sort ca­tas­tro­phée d’un la­bo­ra­toire d’ana­lyses mé­di­cales de Rouen (Seine-Ma­ri­ti- me). Les ré­sul­tats des tests qu’elle y a ef­fec­tués sont sans ap­pel : elle a contrac­té le VIH. Elle ap­pelle son an­cien pe­tit ami pa­ri­sien pour le pré­ve­nir et ten­ter d’ob­te­nir une ex­pli­ca­tion.

Ce­lui-ci lui avoue alors spon­ta- né­ment qu’il lui a ca­ché sa sé­ro­po­si­ti­vi­té alors qu’il se sait conta­mi­né de­puis au moins dix ans. Inès pousse la porte du com­mis­sa­riat de sa ville et dé­pose plainte contre Ri­chard. Le dossier est trans­mis aux en­quê­teurs du pre­mier dis­trict de po­lice ju­di­ciaire pa­ri­sienne, car le sus­pect ha­bite la ca­pi­tale. pour jus­ti­fier les nom­breux mes­sages har­ce­lants et désa­gréables qu’il lui avait adres­sés après leur rupture.

Ri­chard a le pro­fil d’un ex-toxicomane. Il ap­pa­raît dans les ar­chives de la po­lice pour des dos­siers an­ciens de vio­lences, vol dans des voi­tures, cam­brio­lage et in­frac­tion à la lé­gis­la­tion liée aux stu­pé­fiants, com­mis entre 1987 et 2006. Il a exer­cé le mé­tier de ta­toueur avant de perdre son tra­vail. Se­lon nos in­for­ma­tions, après une pé­riode de chô­mage, il tra­vaille­rait au­jourd’hui dans un sa­lon spé­cia­li­sé dans le pier­cing. Il a trou­vé une nou­velle com­pagne à qui il a, cette fois-ci, avoué son état de san­té.

Pour l’heure, ce dossier ne com­porte qu’une plainte, mais la suite des in­ves­ti­ga­tions me­nées par le juge per­met­tra de le­ver le doute sur la pos­si­bi­li­té d’autres conta­mi­na­tions vo­lon­taires.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.