Quelle rock star, ce Ney­mar !

Grâce à la notoriété et au car­net d’adresses de sa re­crue phare, le PSG, dé­jà en pointe sur la pla­nète football, bas­cule dans une nou­velle di­men­sion.

Le Parisien (Paris) - - SPORTS -

eo­nar­do DiCa­prio, Ri­han­na, le couple Jay ZBeyon­cé ou en­core le man­ne­quin Ken­dall Jen­ner, la de­mi-soeur de Kim Kar­da­shian, ont peu­plé ces der­nières sai­sons (de­puis le ra­chat par le Qa­tar) le sa­cro-saint car­ré du Parc des Princes, la fa­meuse cor­beille pré­si­den­tielle, l’un des en­droits les plus sé­lects de la ca­pi­tale.

Avec Ney­mar, l’ac­cès à ces quelque 250 places va de­ve­nir en­core plus com­pli­qué, plus VIP, plus rare pour les simples ve­dettes, no­tam­ment fran­çaises. Des stars in­ter­na­tio­nales, prin­ci­pa­le­ment amé­ri­caines, vont ve­nir voir le Bré­si­lien de très près, tout sim­ple­ment parce qu’ils sont amis, se connaissent de longue date ou se fré­quentent par une connais­sance com­mune. Le drib­bleur dis­pose d’un car­net d’adresses ex­cep­tion­nel, où Ja­mie Foxx cô­toie Vin Die­sel. Fe­lipe Mas­sa et Gus­ta­vo Kuer­ten croi­se­ront peu­têtre un jour, porte de Saint-Cloud, Jus­tin Bie­ber, Kobe Bryant ou Floyd May­wea­ther, tous dans la ga­laxie Ney­mar.

A 25 ans, le néo-Pa­ri­sien vit en troupe, avec ses potes, les fa­meux Toiss, une di­zaine de co­pains qui le suivent de­puis l’en­fance. Mais l’at­ta­quant passe aus­si des soi­rées plus calmes où il dîne avec les rap­peurs Drake ou Puff Dad­dy. Beau­coup plus people qu’un Mes­si, son ex-co­équi­pier de Bar­ce­lone, ab­so­lu­ment moins au­to­cen­tré que Cris­tia­no Ro­nal­do, le Por­tu­gais du Real Ma­drid, Ney­mar les égale en notoriété pla­né­taire, mais les dé­passe en termes de cé­lé­bri­tés en­vi­ron­nantes.

Le droi­tier du cou­loir gauche est une rock star con­nec­tée à Hol­ly­wood et ami plus ou moins proche des Usain Bolt, Le­wis Ha­mil­ton, Le­bron James, Tom Bra­dy ou en­core Ste­phen Cur­ry. Des monstres du football amé­ri­cain, de la NBA, de la For­mule 1, entre autres. Des phé­no­mènes mé­dia­tiques à chaque fois, qui pèsent sur la Toile et les ré­seaux so­ciaux. Exac­te­ment le même pro­fil que Ney­mar, icône mon­diale, chez les jeunes et les geeks prin­ci­pa­le­ment. Quand un joueur signe dans un nou­veau club, il trans­met une liste de ses connais­sances pour qu’elles re­çoivent en ca­deau un nou­veau maillot pour sa­luer le trans­fert, mar- quer le coup. Ney­mar, en dé­bar­quant dans la ca­pi­tale fran­çaise, n’a bien sûr pas dé­ro­gé à la règle. Le na­tif de Mo­gi das Cruzes (Etat de São Pau­lo) a li­vré son im­pres­sion­nant car­net d’adresses. Il y a fort à pa­rier que les noms pré­cé­dem­ment ci­tés re­çoivent pro­chai­ne­ment la nou­velle tu­nique flo­quée d’un Ney­mar JR avec le nu­mé­ro 10 dans le dos. L’exBar­ce­lo­nais est une telle star dans le monde qu’il est en­core dif­fi­cile de me­su­rer concrè­te­ment toute l’au­ra et tout le gla­mour qui l’en­tourent. Pour la France, c’est d’ores et dé­jà un phé­no­mène ja­mais vu, au moins dans le do­maine du sport.

15 000 maillots à son nom ont été ven­dus en deux jours dans seule­ment deux bou­tiques à Pa­ris et sur le site In­ter­net du club. Le maillot extérieur — le jaune — est en rupture de stock. Il ne reste plus que ce­lui que les joueurs portent à do­mi­cile en vente sur In­ter­net. La si­gna­ture ga­lac­tique du ca­pi­taine du Bré­sil a gé­né­ré 140 000 écrits dans le monde rien que la jour­née de ven­dre­di der­nier. C’est in­édit. Pas en­core qua­li­fié pour dis­pu­ter une ren­contre of­fi­cielle avec Edin­son Ca­va­ni et consorts — l’Es­pagne tarde tou­jours à dé­li­vrer le do­cu­ment né­ces­saire —, l’at­trac­tion Ney­mar est en passe de ren­ver­ser le stade de Rou­dou­rou à Guin­gamp. 200 jour­na­listes in­ter­na­tio­naux ont de­man­dé une ac­cré­di­ta­tion, pour 80 places dis­po­nibles. Heu­reu­se­ment pour les Bre­tons, ni Ste­phen Cur­ry ni Vin Die­sel ne sont an­non­cés en plus de la pos­sible pre­mière de Ney­mar.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.