NON

Le Parisien (Paris) - - FAIT DU JOUR - PRO­POS RE­CUEILLIS PAR CHARLES DE SAINT SAU­VEUR

POUR CETTE ÉLUE DE L’ORNE, vice-pré­si­dente de la Com­mis­sion sé­na­to­riale des Af­faires étran­gères, de la Dé­fense et des Forces ar­mées, Sen­ti­nelle a gran­de­ment prou­vé son uti­li­té.

« Je connais les ar­gu­ments de ceux qui cri­tiquent l’opé­ra­tion Sen­ti­nelle : la fa­tigue ac­cu­mu­lée, le manque de for­ma­tion, le fait que les sol­dats ne soient plus em­ployés à leurs vraies tâches… Mais je suis sûre d’une chose : elle a un pou­voir ras­su­rant sur la po­pu­la­tion, dans un cli­mat d’im­mense in­quié­tude après les at­taques ter­ro­ristes contre

Char­lie Heb­do et toutes celles qui ont sui­vi. Dans les gares, c’est ma­ni­feste. Les pa­trouilles ont aus­si une di­men­sion dis­sua­sive réelle. C’est un vrai plus pour la sé­cu­ri­té du pays. La sup­pri­mer ne se­rait pas une bonne idée si rien ne vient la rem­pla­cer. La preuve, d’autres pays comme la Grande-Bre­tagne, l’Ita­lie ou la Bel­gique s’y sont mis. Ce­la dit, je ne suis pas op­po­sée à une ré­forme de l’opé­ra­tion pour la rendre plus ef­fi­cace, tant qu’on ne pro­cède pas sous le coup de l’émo­tion. Il faut une ré­flexion glo­bale, réunir tous les ac­teurs de la pro­tec­tion na­tio­nale — gen­dar­me­rie, police, dé­fense… — pour trou­ver des so­lu­tions plus ef­fi­caces pour la po­pu­la­tion et moins dan­ge­reuses pour les mi­li­taires. Quoi qu’il en soit, ce­la pas­se­ra par une aug­men­ta­tion du bud­get de nos forces ar­mées. La dé­fense ne peut être une va­riable d’ajus­te­ment. Ces der­nières an­nées, les moyens ont été en par­tie ré­ta­blis. Mais de­puis l’élec­tion d’Em­ma­nuel Ma­cron, je ne vois que des coupes… »

Na­tha­lie Gou­let SÉNATRICE UDI DE L’ORNE, ELLE A PRÉ­SI­DÉ EN 2015 UNE COM­MIS­SION D’EN­QUÊTE SUR LA LUTTE CONTRE LES RÉ­SEAUX DJI­HA­DISTES EN FRANCE.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.