Vo­tre­mai­so­na­brû­lé, voi­ci ce qu’il faut faire

En cas d’in­cen­die, res­pec­tez bien la marche à suivre pour être sûr d’être in­dem­ni­sé.

Le Parisien (Paris) - - ÉCONOMIE - BO­RIS CASSEL

les in­cen­dies­font­des­ra­vages.Si­votre mai­son est si­nis­trée, voi­ci les dé­marches pour être in­dem­ni­sé. Pour être in­dem­ni­sés, les lo­ca­taires et les pro­prié­taires oc­cu­pants doivent avoir sous­crit une as­su­rance mul­ti­risque ha­bi­ta­tion et avoir res­pec­té quelques obli­ga­tions, comme l’ins­tal­la­tion d’un dé­tec­teur de fu­mée. « Les par­ti­cu­liers ont aus­si l’obli­ga­tion de dé­brous­sailler les abords de leur pro­prié­té, ex­plique Ami­na Wal­ter, di­rec­trice du dé­ve­lop­pe­ment du cour­tier en ligne Le­lynx.fr. Si­non, l’in­dem­ni­sa­tion pour­rait être di­mi­nuée. » « Seul ce qui se trouve sous le toit de la mai­son est cou­vert », sou­ligne Sta­nis­las Di Vit­to­rio, di- rec­teur gé­né­ral du com­pa­ra­teur d’as­su­rances As­sur­land. En clair, « le pe­tit mu­ret, la ter­rasse, les arbres ou les meubles de jar­din ne sont pas pris en charge ». Il existe pour ce­la des ex­ten­sions de ga­ran­tie. Mais il faut en dis­cu­ter avec votre as­su­reur à la si­gna­ture du contrat… « L’as­su­ré doit li­mi­ter les dé­gâts », ex­plique Sta­nis­las Di Vit­to­rio. Par exemple, si l’in­cen­die a dé­truit le toit de la mai­son, il faut le re­cou­vrir d’une bâche afin de ne pas su­bir, en plus, un dé­gât des eaux. « Le pre­mier ré­flexe, c’est aus­si de ne rien je­ter. » Les ob­jets, même cal­ci­nés, pour­ront ser­vir de preuves lors­qu’il s’agi­ra de chif­frer les dé­gâts. Le plus vite pos­sible. Contraire- ment aux séismes ou aux inon­da­tions, les in­cen­dies ne sont jam a i s l ’o b j e t d ’a r rê t é s d e ca­tas­trophes na­tu­relles. Inu­tile donc d’at­tendre pour ré­agir.

« Vous dis­po­sez de cinq jours ou­vrés (hors sa­me­di et di­manche) pour pré­ve­nir l’as­su­reur », rap­pelle Sta­nis­las Di Vit­to­rio. Ne vous conten­tez pas d’un coup de fil, en­voyez une lettre en re­com­man­dé avec ac­cu­sé de ré­cep­tion. « Il est très im­por­tant de le faire dans les temps », in­siste Ami­na Wal­ter, du Lynx.fr. Théo­ri­que­ment, le dé­lai dé­pas­sé, l’in­dem­ni­sa­tion pour­rait être re­tar­dée. Et com­mu­ni­quez à votre as­su­reur une pre­mière es­ti­ma­tion des dé­gâts. Il man­da­te­ra en­sui­teu­nex­pert­pou­ré­va­luer­plus pré­ci­sé­ment le pré­ju­dice. Four­nis­sez-lui le plus de jus­ti­fi­ca­tifs pos­sible : pho­tos, fac­tures, etc. Tout dé­pend du contrat sous­crit. En gé­né­ral, la ga­ran­tie se li­mite à la va­leur de re­cons­truc­tion du bien. « Quant au mo­bi­lier, il se­ra rem­bour­sé en fonc­tion de sa vé­tus­té », sou­ligne Sta­nis­las Di Vit­to­rio. Par exemple, si la té­lé­vi­sion est par­tie en fu­mée, le mon­tant de l’in­dem­ni­té dé­pen­dra de sa date d’achat. Comp­tez aus­si avec la fran­chise de rem­bour­se­ment . A par­tir du mo­ment où votre dos­sier est com­plet, l’as­su­reur a trente jours pour vous in­dem­ni­ser.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.