Mayer, cham­pion avant tout

Le dé­cath­lo­nien, can­di­dat au titre mon­dial, dé­marre ses épreuves au­jourd’hui. Am­bi­tieux, il re­fuse pour au­tant d’être ré­duit à l’image du beau gosse au look de sur­feur.

Le Parisien (Paris) - - ATHLÉTISME -

Avant, je me di­sais être connu ce doit être gé­nial, mais ce n’est pas fa­cile d’être au centre de l’at­ten­tion, je ne me sens pas au-des­sus des autres. Je suis gê­né que les gens me re­con­naissent, je tourne le re­gard, je peux alors pas­ser pour quel­qu’un de hau­tain. » Sur la piste, il hurle à chaque ex­ploit. « Pour­tant, à la base, je suis ex­trê­me­ment ti­mide, j’ai dû ap­prendre à être ex­tra­ver­ti, à m’ou­vrir. J’étais beau­coup moins so­ciable étant pe­tit. » Ke­vin Mayer se dé­crit comme « un so­li­taire ». « J’aime être avec des gens mais j’ai aus­si ce be­soin de res­ter seul. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.