Au fait, ils servent àquoi,ces­mi­nistres ?

Dans l’équipe d’Edouard Phi­lippe, ils sont 7 à ne pas avoir d’at­tri­bu­tion pré­cise. Mais ils ne chôment pas pour au­tant, nous jurent-ils !

Le Parisien (Paris) - - POLITIQUE - QUENTINLAURENT AVECVALÉRIEHACOT ET PHI­LIPPE MARTINAT

et se­cré­taires d’Etat cou­teaux suisse ! Lors de la pré­sen­ta­tion du se­cond gou­ver­ne­ment d’Edouard Phi­lippe, au len­de­main des lé­gis­la­tives, ils sont une es­couade à avoir été en­voyés dans les mi­nis­tères… sans autre af­fec­ta­tion que d’être nom­més « au­près » de tel ou tel mi­nistre. Mais à quoi peu­ven­tils bien ser­vir ?

Si cette si­tua­tion n’est pas com­plè­te­ment nou­velle, ja­mais on avait eu au­tant de « sans-éti­quette » ! Une mi­nistre et pas moins de 6 se­cré­taires d’Etat avec un titre vierge !

Cer­tains y ont vu la vo­lon­té du­pré­si­dent­de­pla­cer­des­hommes et des femmes de confian­ce­dan­sun­gou­ver­ne­ment­di­ri­gé par un Pre­mier mi­nistre is­su de la droite. Pas du tout, jurent les in­té­res­sés. « La phi­lo­so­phie énon­cée par Em­ma­nuel Ma­cron était d’avoir des se­cré­taires d’Etat gé­né­ra­listes », af­firme Jean-Bap­tiste Le­moyne (lui­même is­su de la droite), dé­ta­ché au­près du mi­nistre des Af­faires étran­gères. Dès notre ren­contre, Jean-Yves Le Drian m’a dit que je se­rai ame­né à in­ter­ve­nir sur l’en­semble du spectre du mi­nis­tère. » Tout en se concen­trant sur des pé­ri­mètres plus pré­cis, comme le tou­risme ou le com­merce ex­té­rieur.

« C’est très trans­ver­sal », abonde Ben­ja­min Gri­veaux, nom­mé à Ber­cy. Si ce très proche de Ma­cron va spé­ci­fi­que­ment se pen­cher sur « l’at­trac­ti- vi­té de la place fi­nan­cière de Pa­ris », il as­sure oeu­vrer aus­si sur « la to­ta­li­té des at­tri­bu­tions de Bru­no Le Maire », mi­nistre de l’Eco­no­mie, mais pos­sède aus­si des su­jets com­muns avec l’autre lo­ca­taire de Ber­cy, Gé­rald Dar­ma­nin (Comptes pu­blics). Sou­plesse et adap­ta­bi­li­té exi­gées donc. Mais cette or­ga­ni­sa­tion plus mal­léable ré­pond sur­tout à un prin­cipe de réa­li­té : le chef de l’Etat a vou­lu ré­duire le nombre de maroquins, en abais­sant aus­si les quo­tas de conseillers, dé­sor­mais mu­tua­li­sés. Qui dit moins de mi­nis­tères, dit pé­ri­mètre d’ac­tion po­ten­tiel­le­ment plus large. Gri­veaux rap­pelle que le pré­cé­dent mi­nistre de l’Eco­no­mie, Mi­chel Sa­pin, au­rai­teu­prèsde65conseillers… contre 15 au to­tal pour lui et Le Maire. Le cas de Jacqueline Gourault est par­ti­cu­lier puisque cette cen­triste proche de Fran­çois Bay­rou se re­trouve mi­nistre… au­près de ce­lui de l’In­té­rieur, Gé­rard Col­lomb. « Le mi­nis­tère est tel­le­ment grand qu’on n’est pas trop de deux ! sou­rit-elle. Très vite j’ai été ame­née à m’oc­cu­per du dos­sier des mi­grants. J’ai ap­por­té ma sen­si­bi­li­té sur ce dos­sier. » Au mi­nis­tère de la Co­hé­sion des ter­ri­toires, dont les at­tri­bu­tions sont très larges (lo­ge­ment, po­li­tique de la ville, amé­na­ge­ment des ter­ri­toires), le nou­veau se­cré­taire d’Etat Ju­lien De­nor­man­die, fi­dèle ma­cro­niste, « porte tous les dos­siers » avec son mi­nistre, en plus d’un sui­vi par­ti­cu­lier sur le dé­ploie­ment du très haut dé­bit ou des JO 2024.

Mais cette trans­ver­sa­li­té ne risque-t-elle pas de fa­vo­ri­ser des ri­va­li­tés et d’ali­men­ter des couacs, avec des mi­nistres et se­cré­taires d’Etat qui se marchent al­lè­gre­ment sur les pieds ? « Non, pas de ca­co­pho­nie par­ti­cu­lière ! » as­sure, pour le mo­ment, Sé­bas­tien Le­cor­nu, nom­mé comme Brune Poir­son se­cré­taire d’Etat au­près de Ni­co­las Hu­lot. « On est très dif­fé­rents et très com­plé­men­taires, mais ça s’est bien pas­sé tout de suite. Moi avec mon ex­pé­rience in­ter­na­tio­nale, du pri­vé aus­si bien que du pu­blic, et lui avec sa connais­sance d’élu lo­cal », em­braie Brune Poir­son. A Le­cor­nu les ter­ri­toires, à elle les dos­siers eu­ro­péens et in­ter­na­tio­naux.

Un sys­tème d’or­ga­ni­sa­tion « gage d’ef­fi­ca­ci­té », sont-ils nom­breux à dé­fendre. Et aus­si, sans doute, un bon moyen pour le pré­sident de gar­der un oeil très at­ten­tif sur son équipe.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.