LaCen­tra­fri­que­re­plon­ge­dans­le­chaos

Le pays, où le calme était re­ve­nu après l’in­ter­ven­tion fran­çaise de 2014, est sous la coupe de groupes ar­més se li­vrant une lutte sans mer­ci pour le contrôle des res­sources na­tu­relles.

Le Parisien (Paris) - - POLITIQUE - CHARLESDESAINTSAUVEUR

en Cen­tra­frique. Hor­mis la ca­pi­tale Ban­gui qui est comme dans une bulle, le pe­tit Etat d’Afrique cen­trale re­tourne à ses tra­giques dé­mons, ceux qui avaient mis le pays à feu et à sang en 2013, dé­clen­chant l’in­ter­ven­tion de l’ar­mée fran­çaise. De­puis dé­but juillet, la flam­bée de vio­lences a fait plus d’une cin­quan­taine de morts. C’est en réa­li­té beau­coup plus, dé­plorent les ONG pré­sentes sur place, qui doivent gé­rer les flux gros­sis­sants de ré­fu­giés de l’in­té­rieur ou les mil­liers de ci­vils pa­ni­qués qui fuient au Con­go et au Ca­me­roun. Na­tions unies en Cen­tra­frique), cen­sée faire ré­gner l’ordre, sont eux-mêmes par­fois pris pour cible : 9 casques bleus (ma­ro­cains no­tam­ment) de cette force d’in­ter­po­si­tion in­ter­na­tio­nale ont été tués de­puis le dé­but de l’an­née. Au­tant de « signes avant-cou­reur d’un génocide », s’est alar­mé cette se­maine le se­cré­taire gé­né­ral ad­joint de l’ONU pour les Af­faires hu­ma­ni­taires, Ste­phen O’Brien.

Le chaos en cours n’est pas qu’une ré­sur­gence des af­fron­te­ments eth­ni­co-re­li­gieux entre mi­lices chré­tiennes (an­ti­ba­la­kas) et mu­sul­manes (la Sé­lé­ka) qui avaient pré­ci­pi­té la Cen­tra­frique dans l’abîme il y a quatre ans. C’est dé­sor­mais la soif de pillages — prin­ci­pa­le­ment des mines d’or et de dia­mants — qui prime. « Des groupes ar­més ont pro­li­fé­ré pour contrô­ler les res­sources na­tu­relles. Ils ont en­flé, pro­vo­quant une par­ti­tion du pays. L’es­ca­lade en cours est très in­quié­tante », ana­lyse Na­tha­lia Du­khan, au­teur d’un rap­port pu­blié jeu­di par Enough Pro­ject, si les di­plo­mates fran­çais se font plus pru­dents. « La si­tua­tion s’est gra­ve­ment dé­té­rio­rée. Seul Ban­gui est épar­gné mais ailleurs, c’est comme en 2013 », pour­suit cette ana­lyste ita­lienne qui a fait de longs sé­jours en Cen­tra­frique de­puis 2010.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.