Quel(s) risque(s) si j’en ai man­gé ?

Le Parisien (Paris) - - ÉCONOMIE - FLO­RENCE MÉRÉO

au Centre an­ti­poi­son de l’hô­pi­tal de Nan­cy (Meurthe-et-Mo­selle), ce Fran­çais ex­pa­trié aux Pays-Bas n’était pas ras­su­ré. Après avoir consom­mé 2 oeufs lors d’un pique-nique , dans le pays où le scan­dale de la conta­mi­na­tion au fi­pro­nil a écla­té, il vou­lait sa­voir ce qu’il ris­quait. « Que des consom­ma­teurs s’in­quiètent, ce­la pa­raît na­tu­rel. Nous avons pu le tran­quilli­ser. Le fi­pro­nil est une sub­stance que nous connais­sons bien… même si nous avons nor­ma­le­ment af­faire à elle dans les col­liers an­ti­puces de chiens et chats, pas dans les oeufs ! » note Pa­tri­cia Boltz, le doc­teur qui a ré­pon­du au pa­tient. Ren­du hier par l’Agence na­tio­nale de sé­cu­ri­té de l’ali­men­ta­tion (Anses), l’at­ten­du rap­port d’éva­lua­tion des risques pour la san­té hu­maine en cas d’in­ges­tion d’oeufs conta­mi­nés se veut lui aus­si ras­su­rant. « Le risque de sur­ve­nue d’effets sa­ni­taires ap­pa­raît très faible », in­siste l’agence, qui avait été sai­sie par le mi­nis­tère de l’Agri­cul­ture. « Ce­la ne veut pas dire que la pré­sence de fi­pro­nil dans les oeufs est ac­cep­table. Elle ne l’est pas. Mais nos consta­ta­tions nous per­mettent de dire qu’il fau­drait consom­mer une dose quo­ti­dienne vrai­ment im­por­tante d’oeufs conta­mi­nés pour être ex­po­sé à sa toxi­ci­té », dé­crypte de doc­teur Fran­çoise We­ber, di­rec­trice gé­né­rale ad­jointe de l’Anses. Pour un adulte ce­la cor- re­spond à 10 oeufs par jour, pour un ado, 8, pour un en­fant jus­qu’à 3 ans, 1.

Mais quel(s) risque(s) en­court-on si l’on dé­passe ces doses ? D’au­tant qu’il faut y ajou­ter les gâ­teaux ou les pâtes aux oeufs que l’on est sus­cep­tible de consom­mer en plus ? Les vomissements, ir­ri­ta­tions du la­rynx, dou­leurs ab­do­mi­nales ou diar­rhées sont les symp­tômes lis­tés par l’Anses. Voire des effets neu­ro­toxiques, telles des convulsions. « Ce type d’ef­fet n’a néan­moins pas été ob­ser­vé. Des ni­veaux de dose de l’ordre de 10 fois la dose de ré­fé­rence ai­guë n’ont conduit qu’à des symp­tômes bé­nins et ré­ver­sibles, y com­pris chez l’en­fant », tem­père l’agence sa­ni­taire.

« Pour le jeune en­fant, la toxi­ci­té est à par­tir de l’in­ges­tion d’un oeuf par jour, de trois pour les moins de 10 ans ! Il n’est pas dé­li­rant de pen­ser que ce­la va très vite », s’alarme Mé­gane Ghor­ba­ni, de Food­watch. « La te­neur exacte en fi­pro­nil dans les oeufs n’a pas en­core été com­mu­ni­quée, re­prend-elle. Elle est né­ces­saire pour faire des ana­lyses plus fines et en­fin avoir toute la trans­pa­rence que nous ré­cla­mons. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.