292 000em­plois­pri­vés­créés su­ru­nan…Un­re­cord !

Les ef­fec­tifs des en­tre­prises fran­çaises ont pro­gres­sé de + 1,5 % en un an. Une hausse au dia­pa­son de la crois­sance fran­çaise.

Le Parisien (Paris) - - ÉCONOMIE - DEL­PHINE DENUIT

à l’ali­gne­ment des pla­nètes tant at­ten­du ? En un an, les en­tre­prises fran­çaises ont en tout cas créé près de 292 000 em­plois sa­la­riés (+ 1,5 %), du ja­mais-vu de­puis fin 2011 (date du chan­ge­ment de for­mat de l’in­di­ca­teur).

Au deuxième tri­mestre, les ef­fec­tifs du sec­teur pri­vé ont en­re­gis­tré 91 700 créa­tions de postes (+ 0,5 % entre avril et juin). C’est le « on­zième tri­mestre consé­cu­tif de hausse », sou­ligne l’In­see à l’ori­gine de ces chiffres pu­bliés hier. A l’ins­tar des tri­mestres pré­cé­dents, le sec­teur ter­tiaire mar­chand (+ 52 300, + 0,5 %) et l’em­ploi tem­po­raire (+ 27 700, + 4,1 %) sont les plus dy­na­miques. Leur pro­gres­sion est qua­si constante de­puis fin 2013. Ces chiffres « donnent le sen­ti­ment que l’éco­no­mie fran­çaise re­dé­marre dans tous ses sec­teurs. Ce ne sont pas sim­ple­ment les ser­vices qui tirent l’en­semble, mais on a un vrai mou­ve­ment sur l’en­semble de l’éco­no­mie. Même dans l’in­dus­trie, on ob­serve des si­gnaux beau­coup plus fa­vo­rables », se ré­jouit Phi­lippe Waech­ter, éco­no­miste chez Na­tixis.

L’em­ploi dans l’in­dus­trie s’est en ef­fet qua­si­ment sta­bi­li­sé après avoir per­du près de 1 mil­lion de postes de­puis 2001… Le sec­teur de la construc­tion con- naît lui aus­si une em­bel­lie. Après avoir dé­truit des em­plois sans dis­con­ti­nuer pen­dant huit ans — en­vi­ron 200 000 entre fin 2008 et fin 2016 —, il vient d’en­chaî­ner deux tri­mestres de créa­tions de postes. Comment ex­pli­quer ces bons chiffres ? De­puis le dé­but de l’an­née, de nom­breux in­di­ca­teurs éco­no­miques ont re­trou­vé des cou­leurs. La crois­sance de l’éco­no­mie fran­çaise pour­rait dé­pas­ser 1,6 % cette an­née et re­nouer ain­si avec son plus haut ni­veau de­puis 2011 ! Même les dé­cla­ra­tions d’em­bauches en­re­gistrent un bond re­cord (+ 2 mil­lions au deuxième tri­mestre), ce qui de­vrait se traduire par une nou­velle baisse du chô­mage.

« On peut pas­ser sous le seuil de 9 % dans le cours de l’an­née et tendre vers 8,5 % l’an pro­chain, es­time Phi­lippe Waech­ter. Les chefs d’en­tre­pri- se sont op­ti­mistes, la de­mande in­terne est plus ro­buste (consom­ma­tion et in­ves­tis­se­ment), la po­li­tique éco­no­mique de la Banque cen­trale eu­ro­péenne est ac­com­mo­dante, le com­merce mon­dial a une al­lure plus so­lide, ti­ré par la zone eu­ro et l’Asie… Dans ces condi­tions, l’ho­ri­zon éco­no­mique s’éclair­cit et les ac­teurs sont plus en­clins à prendre des risques. Ce­la de­vrait ali­men­ter la crois­sance et pro­lon­ger le cycle ver­tueux ac­tuel. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.