« Il faut don­ner la liste et rap­pe­ler tous les pro­duits in­fec­tés »

Pré­sident de l’as­so­cia­tion de consom­ma­teurs UFC-Que choi­sir

Le Parisien (Paris) - - POLITIQUE -

on nous a dit « Cir­cu­lez, il n’y a rien à voir », la France n’est pas concer­née, puisque seules deux en­tre­prises étaient im­pli­quées — mais, fi­na­le­ment, c’est cinq. En­suite, on a ap­pris que les oeufs in­fec­tés étaient ar­ri­vés en France de­puis plus long­temps qu’an­non­cé au dé­part. Il y a fort à pa­rier que les blo­cages viennent du mi­nis­tère de l’Agri­cul­ture ain­si que de l’in­dus­trie agroa­li­men­taire. On est dans une lo­gique d’opa­ci­té. Moins le consom­ma­teur en sait et mieux les lob­bies se portent, mal­gré le risque sa­ni­taire. Notre rôle n’est pas d’af­fo­ler les po­pu­la­tions mais, clai­re­ment, cet avis de l’Anses est as­sor­ti de tel­le­ment de pré­cau­tions qu’il n’est pas, pour nous, com­plè­te­ment ras­su­rant. Je ne vou­drais pas que cet avis de l’Anses serve de pré­texte à ne pas in­for­mer les consom­ma­teurs. Je ré­clame le droit à l’in­for­ma­tion. On a tout de même le droit de sa­voir si on a des pro­duits in­fec­tés, même à faibles doses, dans nos pla­cards. Et il est par­fai­te­ment in­co­hé­rent d’or­don­ner le re­trait de la vente de pro­duits sans or­ga­ni­ser le rap­pel de ces mar­chan­dises. Il faut don­ner la liste com­plète des oeufs comme, en aval, des pro­duits in­dus­triels faits à par­tir d’oeufs, et or­ga­ni­ser le rap­pel et le rem­bour­se­ment de ces mar­chan­dises. Pour l’ins­tant, on ne sait rien, on re­tire des lots mais on ne sait pas les­quels. En Eu­rope, c’est com­pli­qué d’agir car il y a la li­ber­té to­tale de cir­cu­la­tion des mar­chan­di- ses et, en cas de crise, c’est cha­cun pour soi. En France, le mi­ni­mum se­rait de te­nir les as­so­cia­tions de consom­ma­teurs au cou­rant. Là, on nous ignore su­per­be­ment.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.