Le PSG

Le Parisien (Paris) - - SPORTS -

nal ou au Bayern Mu­nich. For­cé­ment, à Pa­ris, les piques suc­ces­sives d’Au­las agacent au­tant qu’elles lassent.

« Il se trompe de dé­bat., op­pose-t-on dans la cou­lisse pa­ri­sienne. S’il pas­sait plus d’éner­gie à dé­fendre son club qu’à nous at­ta­quer, il ne fe­rait pas 1-1 contre l’Apol­lon Li­mas­sol

un club au bud­get lar­ge­ment in­fé­rieur à ce­lui de Lyon. Com­ment peut-il se faire dé­pas­ser par Nice la sai­son der­nière voire Mo­na­co ? Qu’il se pose les bonnes ques­tions ! » Nas­ser Al-Khe­laï­fi s’en­tre­te­nait jeu­di soir pen­dant plus d’une heure avec un pré­sident de Ligue 1, signe de ses bonnes re­la­tions avec les ac­teurs du foot­ball fran­çais. Glo­ba­le­ment, la Ligue 1 pousse derrière Pa­ris, conscient des re­tom­bées éco­no­miques in­di­rectes. Sous cou­vert d’ano­ny­mat, un an­cien col­lègue de JMA au con­seil d’ad­mi­nis­tra­tion de la Ligue se veut ca­té­go­rique : « Au­las est ja­loux du PSG et réa­lise que son mo­dèle éco­no­mique ne suf­fi­ra plus. » « Ja­loux ? Mais ce sont des conne­ries ! peste-t-on à Lyon. S’il y a bien un truc qui ne l’a ja­mais gê­né, c’est la com­pé­ti­tion. Mais la com­pé­ti­tion à armes égales… »

Des re­marques que l’on n’en­tend pour­tant ja­mais en Es­pagne où le Real et le Bar­ça se par­tagent presque tout, en Ita­lie où la Ju­ven­tus truste les titres, en Al­le­magne où le Bayern règne. Il s’agit de cham­pion­nats où les dettes ont été an­nu­lées mi­ra­cu­leu­se­ment, où des équi­pe­men­tiers ont sur­payé le prix du maillot, où l’ar­gent d’un ri­chis­sime ac­tion­naire a bien ai­dé. Le jour où Lyon re­trou­ve­ra di­rec­te­ment une place en Ligue des cham­pions, Au­las gar­de­ra-t-il sa même fé­ro­ci­té à l’égard du PSG ?

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.