Cinq ques­tions au­tour d’un ré­fé­ren­dum in­ter­dit

Le Parisien (Paris) - - POLITIQUE -

Cour consti­tu­tion­nelle es­pa­gnole. Pour le Pre­mier mi­nistre, Ma­ria­no Ra­joy, l’in­dé­pen­dance est im­pos­sible car contraire à la Consti­tu­tion es­pa­gnole qui ga­ran­tit l’uni­té du pays. Le pré­sident de la Ca­ta­logne, Carles Puig­de­mont, sé­pa­ra­tiste his­to­rique, s’est en­ga­gé dans un bras de fer avec Ma­drid, as­su­rant que le vote se tien­dra mal­gré tout. Se­lon un son­dage réa­li­sé par le gou­ver­ne­ment es­pa­gnol en juin, 41 % des Ca­ta­lans se­raient fa­vo­rables à l’in­dé­pen­dance contre 50 % qui s’y op­po­se­raient. Au to­tal, 5,5 mil­lions de Ca­ta­lans sont ap­pe­lés aux urnes. Le na­tio­na­lisme catalan a émer­gé au XXe siècle. En 1932, la Ca­ta­logne ob­tient le sta­tut de ré­gion au­to­nome au sein de l’Etat es­pa­gnol. Son gou­ver­ne­ment, la Ge­ne­ra­li­tat, dis­pose d’un Par­le­ment, d’un pré­sident et d’un con­seil exé­cu­tif. Dans les an­nées 2000, Ma­drid ac­cepte de re­dis­cu­ter de l’élar­gis­se­ment de l’au­to­no­mie ca­ta­lane. Mais, en 2010, une dé­ci­sion du tri­bu­nal consti­tu­tion­nel ren­force le sen­ti­ment na­tio­na­liste. Ce­lui-ci in­va­lide qua­torze ar­ticles du nou­veau sta­tut ren­dant no­tam­ment im­pos­sible le terme de « na­tion ca­ta­lane ». En 2014, le pré­sident de la Ge­ne­ra­li­tat tente d’or­ga­ni­ser un ré­fé­ren­dum, mais aus­si­tôt Ma­drid le rend illé­gal. Le oui l’em­por­te­ra lar­ge­ment mal­gré une faible par­ti­ci­pa­tion. di­ri­geants ca­ta­lans. Cer­tains ont été ar­rê­tés. Les 948 maires de Ca­ta­logne ont tous re­çu un cour­rier les in­for­mant des sanc­tions aux­quelles ils s’ex­po­saient : peine d’in­éli­gi­bi­li­té et amendes. Ma­drid a aus­si dé­ci­dé de ge­ler les fi­nances de l’exé­cu­tif catalan tout en or­ga­ni­sant des opé­ra­tions sur le ter­rain pour pri­ver les or­ga­ni­sa­teurs du ma­té­riel élec­to­ral. Une per­qui­si­tion dans un en­tre­pôt a per­mis de sai­sir 10 mil­lions de bul­le­tin de vote. Le par­quet a de­man­dé à la po­lice ré­gio­nale, les Mos­sos d’Es­qua­dra, d’iden­ti­fier les bu­reaux de vote et de les fer­mer. Le gou­ver­ne­ment es­pa­gnol a éga­le­ment en­voyé quelque 6 000 po­li­ciers na­tio­naux sur place. 712 mu­ni­ci­pa­li­tés sur 948 ont don­né leur ac­cord au vote ou as­su­ré qu’elles le to­lé­re­raient. Pour connaître le lieu des bu­reaux, les ha­bi­tants sont in­vi­tés à consul­ter des sites In­ter­net. Mais même cette opé­ra­tion n’est pas fa­cile, les sites chan­geant sou­vent, car la jus­tice les a blo­qués. Les or­ga­ni­sa­teurs in­citent les Ca­ta­lans à im­pri­mer le ma­té­riel élec­to­ral chez eux. Les urnes, elles, se­raient gar­dées en lieu sûr et n’ont pu être trou­vées lors des per­qui­si­tions.

Si le vote a lieu, le oui de­vrait l’em­por­ter, car ce se­ront sur­tout les Ca­ta­lans fa­vo­rables à l’in­dé­pen­dance qui se mo­bi­li­se­ront. Mais la par­ti­ci­pa­tion pour­rait être faible et l’or­ga­ni­sa­tion du scru­tin ayant été consi­dé­ra­ble­ment per­tur­bée par Ma­drid, ce der­nier ne pour­ra re­vê­tir qu’un as­pect sym­bo­lique.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.