Da­ni Alves, le

Le Bré­si­lien, 34 ans, est bien plus qu’un bon ar­rière la­té­ral proche de Ney­mar.

Le Parisien (Paris) - - SPORTS -

la dé­marche man­ne­quin, avec un Ney­mar hi­lare dans son sillage. Un mo­ment de dé­com­pres­sion pour les deux com­pères, sé­pa­rés par une di­zaine d’an­nées mais unis par une re­la­tion fra­ter­nelle, vingt-quatre heures après la nette vic­toire face au Bayern Mu­nich (3-0).

Pour sa pre­mière soi­rée de ga­la au Parc des Princes sous le maillot du PSG, Da­ni Alves avait alors of­fert sa ver­sion « Ligue des cham­pions ». Hy­pe­rac­tif dans toute la lon­gueur de son cou­loir et au­teur du pre­mier but pa­ri­sien, il était aus­si im­pli­qué sur les deux sui­vants. Sur le troi­sième but, no­tam­ment, c’est lui qui trans­perce le rideau al­le­mand et dé­ve­loppe la contre-at­taque. Une course de 40 m, balle au pied, qui vaut bien des dis­cours. A son ar­ri­vée au PSG, dé­but juillet, après une sai­son pas­sée à la Ju­ven­tus Tu­rin, les scep­tiques poin­taient pour­tant son âge, 34 ans, ou en­core son sa­laire sup­po­sé. émarge à un sa­laire d’en­vi­ron 700 000 € men­suels brut, très confor­table mais très loin du ca­pi­taine Thiago Sil­va par exemple. Et il n’au­rait tou­ché au­cune prime à la si­gna­ture. « C’est un vrai com­pé­ti­teur, ap­pré­cie Unai Eme­ry. Da­ni est un joueur qui a ga­gné des titres. Il a joué dans les meilleurs clubs. Nous étions tous très contents qu’il vienne. Nous es­pé­rons qu’il se­ra tou­jours aus­si pro­duc­tif et cons­tant sur le ter­rain. »

Plus qu’un ar­rière droit, le PSG a aus­si re­cru­té cet été une très forte per­son­na­li­té. Ca­pable de de­man­der à ses co­équi­piers, d’un seul geste, de ra­len­tir le rythme, ou au contraire de faire souf­fler le vent de la ré­volte si les cir­cons­tances l’exigent. Par­fois, sa fougue dé­borde un peu. Lors du PSG - Lyon, on l’a no­tam­ment vu chi­per le bal­lon à Ca­va­ni, qui se pré­pa­rait à ti­rer un coup franc, pour le re­don­ner à Ney­mar. Une at­ti­tude très peu ap­pré­ciée par le Ma­ta­dor. Mais deux jours plus tard, c’est lui qui s’at­ta­chait à re­col­ler les mor­ceaux en pro­po­sant un dî­ner à l’en­semble de ses co­équi­piers. In­ves­ti dans sa mis­sion de gen­til or­ga­ni­sa­teur, Da­ni Alves convo­qua même à cette oc­ca­sion le chef de son propre res­tau­rant à Bar­ce­lone pour qu’il donne un coup de main en cui­sine. Le feu, la glace… et le sou­ci du dé­tail.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.