Le Parisien (Paris) - - LE JOURNAL DE PARIS -

Au­rore, 20 ans, étu­diante en droit à l’uni­ver­si­té de Cer­gy-Pontoise (Vald’Oise) est to­ta­le­ment pour. « Je trouve que c’est très bien qu’on or­ga­nise une jour­née sans voi­ture à Pa­ris, on de­vrait même le faire plus sou­vent, sug­gère-t-elle. Entre la pol­lu­tion so­nore et la pol­lu­tion de l’air, on a vrai­ment be­soin de li­mi­ter la cir­cu­la­tion des voi­tures. »

Une contre­par­tie à ce ren­dez­vous se­rait la bien­ve­nue : que l’or­ga­ni­sa­tion des trans­ports suive et soit an­ti­ci­pée. « Per­son­nel­le­ment, ajoute Au­rore, j’ai le passe Na­vi­go, donc je suis ha­bi­tuée à prendre le train. Mais c’est vrai que cette jour­née peut cau­ser des per­tur­ba­tions car tout le monde va se ra­battre sur les trans­ports. Il fau­drait peut-être pré­voir plus de trains de­main et, pour­quoi pas, pro­po­ser des ta­rifs ré­duits pour ceux qui n’ont pas d’abon­ne­ment. » Cette fois-ci, cha­cun de­vra en­core payer son ti­cket de trans­port. « Mé­tro, bus, RER. A Pa­ris, on a tout ce qu’il faut sous la main. En plus, c’est dif­fi­cile de se ga­rer, alors mieux vaut évi­ter sa voi­ture », es­time Sé­bas­tien, 47 ans, as­sis­tant ad­mi­nis­tra­tif à Evry (Essonne). « Tout le monde peut faire un pe­tit ef­fort pour ame­ner calme et sé­ré­ni­té à Pa­ris », pour­suit ce ban­lieu­sard qui avoue se rendre dans la ca­pi­tale prin­ci­pa­le­ment pour se ba­la­der. Une belle oc­ca­sion de­main…

Belle oc­ca­sion ? Pour San­drine, 34 ans, fonc­tion­naire à Courcouronnes (Essonne), c’est au contraire « une ca­tas­trophe ». « Je suis obli­gée d’al­ler à Pa­ris trois fois par se­maine dont de­main pour rai­son fa­mi­liale. Il fau­dra des bar­rières pour ar­rê­ter ma voi­ture », me­nace-t-elle. « Et com­ment vont faire les gens pour les sor­ties du di­manche, les dé­jeu­ners en fa­mille ou ceux qui tra­vaillent ? La voi­ture est la meilleure so­lu­tion quand on vient de loin », as­sène San­drine.

Ce cy­cliste des Hauts-de-Seine s’in­ter­roge lui aus­si : « Pour­quoi la ville de de­main se­rait sans voi­ture ? C’est stu­pide et ra­di­cal d’ima­gi­ner ce­la ! Ce sont les com­mer­çants qui en paie­raient le prix. » Pour lui, c’est simple, les pro­jets d’Anne Hi­dal­go, la maire (PS) de Pa­ris, concer­nant la cir­cu­la­tion sont « com­plè­te­ment nuls ». Se­lon lui, « il fau­drait au moins au­to­ri­ser les voi­tures élec­triques, puis­qu’elles ne pol­luent pas ! »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.