Harvey Weinstein : le grand dé­bal­lage

Les ac­cu­sa­tions d’agres­sion sexuelle se mul­ti­plient contre le producteur amé­ri­cain, qui est par­ti se faire soi­gner. Plu­sieurs en­quêtes ont été ou­vertes.

Le Parisien (Paris) - - LA UNE - PAR RE­NAUD BARONIAN

af­faire Weinstein n’en fi­nit plus de re­bon­dir. Le scandale lié au « par­rain » de Hollywood, ac­cu­sé par de nom­breuses ac­trices de les avoir agres­sées sexuel­le­ment, connaît des re­bon­dis­se­ments con­cer­nant non seule­ment l’in­té­res­sé et son en­tou­rage, mais aus­si tout le mi­lieu du ci­né­ma amé­ri­cain et in­ter­na­tio­nal, ain­si que les cercles po­li­tiques qu’il fré­quen­tait. Tan­dis que les langues se dé­lient et que de nou­veaux té­moi­gnages ac­ca­blants sortent, d’autres fi­gures du sep­tième art amé­ri­cain sont prises dans la tour­mente.

I UN NA­BAB AUX ABOIS

Le très in­for­mé site amé­ri­cain TMZ a dif­fu­sé hier une vi­déo ahu­ris­sante de Harvey Weinstein, 65 ans, s’adres­sant à des pa­pa­raz­zis alors qu’il sor­tait de la mai­son de sa fille, Re­my, avant de s’en­gouf­frer dans une voi­ture. Ha­gard, mal ra­sé, l’ex­na­bab de Hollywood leur lance d’abord : « Je vais bien. » Avant de re­ve­nir sur ses pa­roles : « Non, en fait je ne vais pas bien, j’es­saie de faire du mieux que je peux, je dois me faire ai­der. Je mé­rite une se­conde chance. Et sou­ve­nez-vous que j’ai tou­jours été loyal en­vers vous ! »

Si les pho­to­graphes et jour­na­listes sont pré­sents en masse de­vant la mai­son de Re­my, c’est parce que cette der­nière a ap­pe­lé la po­lice au pe­tit ma­tin, crai­gnant que son père ne mette fin à ses jours. Les po­li­ciers sont alors in­ter­ve­nus, et « une dis­pute entre Weinstein et sa fille au­rait alors écla­té », ex­plique le site, ce que dé­ment la po­lice. Quoi qu’il en soit, la nou­velle a vite cir­cu­lé sur place.

I DEUX EN­QUÊTES OU­VERTES

Si Harvey Weinstein semble au plus mal, c’est non seule­ment parce que sa femme vient de le quit­ter (par com­mu­ni­qué !) et que sa propre en­tre­prise vient de le li­cen­cier, mais aus­si parce que les té­moi­gnages de co­mé­diennes s’ac­cu­mulent contre lui — la Bri­tan­nique Ca­ra De­le­vingne et la Fran­çaise Léa Sey­doux étant les der­nières en date. Une en­quête pour une agres­sion sexuelle re­mon­tant à 2004 a été ou­verte par la po­lice de New York, qui concerne pro­ba­ble­ment l’ac­trice Lu­cia Evans (qui a té­moi­gné mar­di dans le « New Yor­ker »). Il est en outre vi­sé par une en­quête de la po­lice bri­tan­nique con­cer­nant une agres­sion sexuelle qui au­rait été com­mise dans les an­nées 1980.

L­CHÉ DE TOUTES PARTS

Weinstein ne trouve plus per­sonne pour le dé­fendre. L’Aca­dé­mie des Os­cars a pré­vu une réunion spé­ciale au su­jet du « cas Weinstein » sa­me­di, et a pré­ci­sé par com­mu­ni­qué qu’elle « juge la conduite dé­crite dans les ac­cu­sa­tions por­tées contre Harvey Weinstein ré­pu­gnante, odieuse et contraire à l’éthique des hauts stan­dards de l’Aca­dé­mie ». Idem pour l’aca­dé­mie des Os­cars bri­tan­niques, les Bafta, qui « consi­dère le com­por­te­ment dé­crit dans les al­lé­ga­tions rap­por­tées to­ta­le­ment in­ac­cep­table et in­com­pa­tible avec les va­leurs des Bafta. Ce­ci a conduit à la sus­pen­sion de M. Weinstein ». Ou le Fes­ti­val de Cannes qui in­dique : « Notre pen­sée va aux vic­times, à celles qui ont eu le cou­rage de té­moi­gner et à toutes les autres. Puisse cette af­faire contri­buer à dé­non­cer une nou­velle fois des pra­tiques graves et in­ac­cep­tables. »

ISOIGNÉ POUR SES AD­DIC­TIONS

Face à cette tem­pête, Weinstein se contente, pour le mo­ment, de nier ca­té­go­ri­que­ment, lui-même ou par la voix de ses avo­cats, et de ré­pé­ter qu’il veut « se faire ai­der ». Ce qui peut être in­ter­pré­té de dif­fé­rentes ma­nières. Mar­di, des ru­meurs ont cou­ru toute la jour­née sur le fait que le producteur s’ap­prê­tait à quit­ter les Etats-Unis en jet pri­vé à des­ti­na­tion de l’Eu­rope afin de re­joindre un centre de dés­in­toxi­ca­tion pour soi­gner ses ad­dic­tions. Mais l’in­té­res­sé a dé­men­ti dans la nuit de mar­di à mer­cre­di via une dé­cla­ra­tion au « Dai­ly News » : « Non, je ne vais pas par­tir pour une dés­in­toxi­ca­tion, je suis da­van­tage dans la de­mande de conseils. »

Se­lon plu­sieurs sites amé­ri­cains, il se se­rait en­vo­lé hier après-mi­di de Los An­geles pour Wi­cken­burg (Ari­zo­na) afin de re­joindre le Mea­dows Re­hab Cen­ter, l’un des plus re­nom­més centres de dés­in­toxi­ca­tion aux Etats-Unis. Pour com­bien de temps ? Mys­tère. Mais dé­sor­mais, la jus­tice avance…

Los An­geles (Etats-Unis), hier. « Je mé­rite une se­conde chance », a lan­cé Harvey Weinstein aux quelques pho­to­graphes qui l’at­ten­daient hier ma­tin de­vant la mai­son de sa fille.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.