Ques­tions après l’ac­ci­dent mor­tel de la BRI

Le Parisien (Paris) - - FAITS DIVERS -

s’est-il re­trou­vé à ti­rer avec des balles réelles lors d’un exer­cice de tir qui de­vait se dé­rou­ler avec des balles fac­tices ? C’est à cette ques­tion que vont de­voir ré­pondre le SRPJ de Tou­louse et l’IGPN, la po­lice des po­lices, sai­sis après le drame qui s’est noué mer­cre­di aux alen­tours de 18 heures, sur la base mi­li­taire de Fran­ca­zal, en ban­lieue tou­lou­saine. Un po­li­cier de 46 ans a été tué ac­ci­den­tel­le­ment par un de ses col­lègues sta­giaires. Tou­ché au tho­rax, ce ma­jor à la bri­gade de re­cherche et d’in­ter­ven­tion n’a pu être sau­vé par les se­cours. L’ins­truc­teur of­fi­ciait dans le cadre d’une for­ma­tion pour les « pri­mo-ar­ri­vants », ces fonc­tion­naires as­pi­rant à in­té­grer la BRI. C’est lors d’une si­mu­la­tion de prise d’otage que la vic­time a été tou­chée par un tir. Se­lon nos in­for­ma­tions, l’un des sta­giaires au­rait ti­ré avec son arme alors que celle-ci était do­tée de balles réelles au lieu de balles fac­tices comme le veut le pro­to­cole de l’exer­cice.

Une en­quête de fla­grance pour ho­mi­cide in­vo­lon­taire a été ou­verte par le par­quet de Tou­louse. Si l’hy­po­thèse ac­ci­den­telle ne fait au­cun doute, les en­quê­teurs vont de­voir dé­ter­mi­ner les dys­fonc­tion­ne­ments qui ont conduit à la mort de l’en­ca­drant. Des vé­ri­fi­ca­tions ont-elles été ef­fec­tuées avant l’exer­cice ?

Dans le cadre de cette for­ma­tion, des po­li­ciers de toute la France étaient réunis à Fran­ca­zal, no­tam­ment une ving­taine de fonc­tion­naires de plu­sieurs BRI. La vic­time était ori­gi­naire de Stras­bourg.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.