Mol­lo sur la mé­la­to­nine

Le Parisien (Paris) - - VIE QUO­TI­DIENNE -

consomment de plus en plus de com­plé­ments ali­men­taires conte­nant de la mé­la­to­nine, l’hor­mone qui per­met une meilleure ré­cu­pé­ra­tion et de mieux dor­mir.

Mais at­ten­tion, ces com­plé­ments com­portent des risques non né­gli­geables pour la san­té. A tel point que l’Anses (Agence na­tio­nale de sé­cu­ri­té sa­ni­taire de l’ali­men­ta­tion) alerte le pu­blic et re­com­mande à « cer­taines po­pu­la­tions » d’évi­ter d’en consom­mer. Sont priés de ne pas en prendre les femmes en­ceintes, al­lai­tant, les en­fants, les ado­les­cents, les per­sonnes souf­frant de ma­la­dies in­flam­ma­toires, au­to-im­munes, d’épi­lep­sie, de troubles de l’hu­meur mais aus­si celles qui doivent « réa­li­ser une ac­ti­vi­té né­ces­si­tant une vigilance sou­te­nue ».

Et pour cause, 90 cas d’ef­fets in­dé­si­rables ont été ré­per­to­riés par l’Anses : ver­tiges, cau­che­mars, trem­ble­ments, mi­graines ou en­core nau­sées, dou­leurs ab­do­mi­nales…

L’agence pré­co­nise ain­si d’en par­ler à un mé­de­cin avant d’ache­ter ces com­plé­ments. Sur­tout qu’il y a des moyens na­tu­rels de sti­mu­ler la mé­la- to­nine, par l’ac­ti­vi­té phy­sique et en man­geant des ali­ments tels que la ba­nane, les noix, l’avoine… Des chry­san­thèmes pour des morts, certes, mais… pas n’im­porte les­quels. En Chine, des étu­diants en mé­de­cine cé­lèbrent ceux qui ont fait don de leur corps à la science ou ont don­né leurs or­ganes. Dans l’em­pire du Mi­lieu, les écoles de mé­de­cine ont beau­coup de mal à trou­ver des ca­davres pour leurs le­çons d’ana­to­mie. Et pour cause, la tra­di­tion im­pose que le corps de la per­sonne dé­cé­dée reste in­tact. Et les dons d’or­ganes, de fait, sont rares. Trop rares. D’où l’idée de cé­ré­mo­nies pour sen­si­bi­li­ser l’opi­nion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.