Adieu la Rou­ma­nie, les vo­lets Ba­tiRe­nov re­viennent en France

Ch­ris­tophe La­combe a créé son en­tre­prise en Rou­ma­nie en 2003. Au­jourd’hui, il ra­pa­trie la pro­duc­tion dans un vil­lage de Cha­rente-Ma­ri­time, avec 80 em­plois à la clé.

Le Parisien (Paris) - - ÉCONOMIE -

de 900 000 € a aus­si été at­tri­buée à Bati Re­nov pour fi­nan­cer sa nou­velle ligne de pro­duc­tion.

Alain Ber­tin, lui, es­père at­ti­rer de nou­veaux ha­bi­tants dans son vil­lage et ain­si pé­ren­ni­ser son école. « Nous avons aus­si un pro­jet de mai­son pa­ra­mé­di­cale », confie l’élu, qui fer­raille dé­sor­mais avec les pou­voirs pu­blics « pour ga­gner quelques ter­rains construc­tibles ».

Jof­frey Jo­ly, 22 ans, vit à Va­raize. Fu­tur pa­pa, il vient de dé­cro­cher un em­ploi après avoir connu un li­cen­cie­ment éco­no­mique et le chô­mage ces der­niers mois : « Bati Re­nov, c’est une au­baine ! Un CDI, dans notre vil­lage, ça ne court pas les rues… » Même en­thou­siasme chez Mé­dé­ric Bou­che­rie, 24 ans, qui a dé­mis­sion­né d’un em­ploi de cais­sier po­ly­va­lent dans un su­per­mar­ché pour tra­vailler chez Bati Re­nov. « Le pa­tron a en­vie de for­mer des jeunes », se ré­jouit le nou­veau sa­la­rié.

Les 28 sa­la­riés rou­mains, eux, n’ont pas eu l’op­por­tu­ni­té de pos­tu­ler. « L’es­sence de ce pro­jet, c’est de dé­ve­lop­per notre ter­ri­toire. Nous ne trans­fé­rons pas des em­plois, nous en créons », jus­ti­fie Ch­ris­tophe La­combe, qui ajoute im­mé­dia­te­ment : « Hors de ques­tion de les aban­don­ner, lâche-t-il. J’ai com­men­cé avec eux… » Pour ce­la, le Cha­ren­tais tente de re­vendre son en­tre­prise en Rou­ma­nie afin d’y main­te­nir les em­plois.

a an­non­cé hier la si­gna­ture d’un ave­nant à un ac­cord so­cial, pré­voyant 1 400 re­cru­te­ments sup­plé­men­taires jus­qu’en 2019 et un ef­fort de for­ma­tion, pa­ral­lè­le­ment à un élar­gis­se­ment des amé­na­ge­ments de fin de car­rière pour ac­cé­lé­rer le re­nou­vel­le­ment de ses com­pé­tences.

hier à l’idée d’une deuxième jour­née de so­li­da­ri­té pour fi­nan­cer la dé­pen­dance et ap­pelle le gou­ver­ne­ment à « ar­rê­ter les bri­co­lages ».

55 % à 70 % de ses vols au­jourd’hui, comme mercredi der­nier. Ce se­ra la hui­tième jour­née du mou­ve­ment de grève lan­cé en fé­vrier par une large in­ter­syn­di­cale. Hier, la di­rec­tion a pro­po­sé un pro­jet d’ac­cord pré­voyant une hausse des sa­laires de 2 % im­mé­dia­te­ment et de 5 % sur trois ans, loin des re­ven­di­ca­tions syn­di­cales.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.