C

Le Parisien (Paris) - - LOISIRS -

olette Maze n’au­rait ja­mais osé nous écrire. Alors, c’est son fils Fa­brice qui l’a fait. Une lettre pour nous dire que sa pia­niste de mère sor­tait son 4e disque, en grande par­tie dé­dié à Claude De­bus­sy, mort il y a tout juste cent ans. Et que, pour la pe­tite his­toire, elle avait 103 ans…

For­mi­dable ha­sard, Co­lette Maze vit de­puis plus de cin­quante ans dans l’im­meuble voi­sin de ce­lui du « Pa­ri­sien », dans le XVe ! Un ap­par­te­ment où, en guise de chats ou de sou­ve­nirs, elle vit en­tou­rée de pia­nos. Dans l’en­trée, un dul­ci­tone — pe­tit pia­no qui pou­vait être trans­por­té dans un coffre de voi­ture —, un quart-de-queue Pleyel plus loin ou en­core un pia­no droit avec sour­dine, « pour tra­vailler et ne pas em­bê­ter les voi­sins ».

C’est sur le plus beau, sur­nom­mé Cra­paud, le plus pe­tit des pia­nos à queue Stein­way, qu’elle a en­re­gis­tré ce qua­trième disque, dé­dié à Claude De­bus­sy, mais aus­si à As­tor Piaz­zol­la et Al­ber­to Gi­nas­te­ra. Un in­gé­nieur du son est ve­nu l’en­re­gis­trer chez elle. Et un pas­sion­né de mu­sique clas­sique, pro­duc­teur et di­rec­teur de mai­son de disques pen­dant trente ans, Fla­vien Pier­son, a dé­ci­dé de sor­tir ses deux der­niers al­bums sur son jeune la­bel, Con­ti­nuo Clas­sics.

« Je joue De­bus­sy de­puis toute pe­tite, j’aime sa sen­si­bi­li­té, on en­tend la na­ture, la mer, la pluie qui tombe, ex­plique Co­lette Maze. J’ai com­men­cé à jouer à l’âge de 4 ans. J’avais la chance d’avoir un pia­no à la mai­son et, tout bé­bé, j’ar­ri­vais à re­pro­duire avec un doigt les mé­lo­dies que

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.