Le ren­dez-vous de leur vie

Le Parisien (Paris) - - SPORTS - V.M.(AVEC É.M.)

L’AF­FICHE a la cou­leur d’un match de cham­pion­nat Na­tio­nal. Ce soir (21 heures) à Nantes, dans un stade de la Beau­joire à gui­chets fer­més, elle a sur­tout le par­fum sa­vou­reux d’une de­mi­fi­nale his­to­rique de Coupe de France. Ce se­ra la pre­mière fois que deux clubs de ce ni­veau — la 3e di­vi­sion — se ren­contrent à ce stade. En 2012, le Ga­zé­lec Ajac­cio (Nat.) et le fi­na­liste Que­villy (Nat.) avaient at­teint le der­nier car­ré, mais le sort leur avait of­fert res­pec­ti­ve­ment Lyon et Rennes.

« C’est vrai que c’est une af­fiche peu com­mune pour une de­mi-fi­nale, sou­ligne l’en­traî­neur de Cham­bly, Bru­no Lu­zi. Elle nous laisse plus de chances de nous qua­li­fier que si on ren­con­trait une très grosse équipe, mais c’est pa­reil pour Les Her­biers. Dans tous les cas, ce ne se­rait pas une honte d’être éli­mi­né en de­mi-fi­nale de Coupe de France par une équipe de Na­tio­nal. »

Les Her­biers et Cham­bly n’avaient ja­mais dé­pas­sé les 16es de fi­nale jus­qu’à cette an­née. Les Her­biers avaient ca­lé face à Rennes (4-0) en 2000 et Guin­gamp (1-2) l’an der­nier. Cham­bly, lui, avait su­bi la loi de Lyon (0-2) en 2016, avant de sor­tir la tête haute l’an pas­sé après avoir pous­sé Mo­na­co dans ses der­niers re­tran­che­ments (4-5 a.p.).

CHAM­BLY, UNE HIS­TOIRE DE FA­MILLE

« Les Her­biers ont l’avan­tage du ter­rain, du pu­blic, in­dique Bru­no Lu­zi. C’est du 60-40 en leur fa­veur. Mais 40, c’est pas mal… Cette de­mie n’est pas un abou­tis­se­ment. Il se­ra tou­jours temps, quand la sai­son se­ra ter­mi­née, de sa­vou­rer et me­su­rer ce qu’on a fait. Là, on n’a pas le temps de se re­gar­der le nom­bril. L’ob­jec­tif, au­jourd’hui, c’est la fi­nale. »

Un dé­fi que les Cam­bly­siens abor­de­ront avec un sup­plé­ment d’âme, por­tés par le sou­ve­nir de Wal­ter Lu­zi. Fon­da­teur du club en 1989, avec ses fils Bru­no (en­traî­neur de l’équipe fa­nion de­puis 2001) et Ful­vio qui lui a suc­cé­dé à la pré­si­dence en 2001, Pé­pé, comme tout le monde l’ap­pe­lait au club, s’est éteint à l’hô­pi­tal à 77 ans le 28 fé­vrier, tan­dis que les siens étaient en train d’éli­mi­ner Stras­bourg (L 1, 1-0) en quarts. Le club a eu l’au­to­ri­sa­tion de jouer en maillot noir en sa mé­moire.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.