Op­pa­ma, l’usine élec­trique et fan­tas­tique de Nis­san

C’est sur ce site, à la pointe de la tech­no­lo­gie, que la firme ja­po­naise pro­duit la Leaf, la voi­ture élec­trique la plus ven­due au monde. Re­por­tage.

Le Parisien (Seine et Marne) - - ÉCONOMIE - DE NOTRE EN­VOYÉ SPÉ­CIAL

AR­MÉ d’un pis­to­let à vis, dans un va­carme in­fer­nal, un ou­vrier ins­talle un ré­ser­voir d’es­sence sur une voi­ture. A quelques mètres de lui, un de ses col­lègues ajuste une bat­te­rie grosse comme une va­lise, di­rec­te­ment sous le plan­cher d’un autre vé­hi­cule. Elec­trique, ce­lui-là.

A l’usine Nis­san d’Op­pa­ma, si­tuée dans la ville de Yo­ko­su­ka-shi, face à la baie de To­kyo, pas de sec­ta­risme. Sur une même ligne, les 2 600 ou­vriers pro­duisent aus­si bien des voi­tures ther­miques (à es­sence ou die­sels) qu’élec­triques.

Op­pa­ma est à Nis­san ce que l’île Sé­guin de Bou­logne-Billan­court fut à Re­nault. Ce n’est pas la plus an­cienne des trois usines que le construc­teur pos­sède au Japon (sur une ving­taine dans le monde), mais c’est, à n’en pas dou­ter, la plus in­no­vante.

PRE­MIÈRES VOI­TURES ÉLEC­TRIQUES DÈS… 1947

Eri­gée en 1961 sur un site de 170 ha, Op­pa­ma est la toute pre­mière usine Nis­san a s’être en­tiè­re­ment consa­crée à la voi­ture par­ti­cu­lière, an­ti­ci­pant son es­sor mon­dial du­rant les Trente Glo­rieuses. C’est éga­le­ment là qu’est ins­tal­lé en 1970 le tout pre­mier ro­bot de sou­dage de l’in­dus­trie au­to­mo­bile. En quelques an­nées, l’usine de­vient l’une des plus au­to­ma­ti­sées au monde. Au point qu’au­jourd’hui en­core chaque ligne de pro­duc­tion dans le monde est d’abord tes­tée par ses in­gé­nieurs mai­son.

Pas éton­nant que les di­ri­geants de Nis­san aient dé­ci­dé en 2010 d’y ten­ter une nou­velle aven­ture : la pro­duc­tion à grande échelle d’une voi­ture élec­trique. Ce se­ra la Leaf, de­ve­nue en quelques an­nées la lea­deuse in­con­tes­tée sur son cré­neau.

L’élec­trique est une vieille tra­di­tion chez Nis­san. Le tout pre­mier mo­dèle date de… 1947 ! La Ta­ma fut en ef­fet conçue juste après la guerre, alors que l’es­sence man­quait cruel­le­ment, mais que l’élec­tri­ci­té était pro­duite à foi­son. Avec une vi­tesse maxi­male de 35 km/h pour une au­to­no­mie de 80 km (se­lon le construc­teur), la Ta­ma était alors no­tam­ment uti­li­sée comme taxi. Se sont suc­cé­dé sept autres mo­dèles, plus ou moins ex­pé­ri­men­taux, tous pro­duits à Op­pa­ma, avant que la Leaf ne sorte des car­tons.

C’est en toute lo­gique qu’Op­pa­ma a ré­cu­pé­ré la pro­duc­tion de la pe­tite soeur, dont la com­mer­cia­li­sa­tion dé­bu­te­ra au Japon le 2 oc­tobre, avant l’Eu­rope en jan­vier. « Nous avons pro­duit 50 000 Leaf en 2016, dé­taille le pa­tron de l’usine Ta­ka­ha­shi Too­ru. Notre ob­jec­tif est d’en pro­duire le double dès l’an­née pro­chaine. » Nis­san a d’ailleurs an­non­cé hier que ses usines de Smyr­na dans le Ten­nes­see (Etats-Unis) et de Sun­der­land (Grande-Bre­tagne) vien­draient sou­te­nir la pro­duc­tion de Leaf en Eu­rope.

En at­ten­dant, sur les lignes d’Op­pa­ma se suc­cèdent donc aus­si bien des Leaf nou­velle mou­ture que des Juke, le pe­tit cros­so­ver à mo­teur ther­mique. Mais aus­si trois autres mo­dèles, pas ou plus ven­dus sur le Vieux Conti­nent : la Note, le Cube et la Syl­phy. Au to­tal : 240 000 uni­tés par an. « Nous avons fait le choix de la flexi­bi­li­té, ex­plique Kou­ta­rou Ku­sa­no, en charge de la pro­duc­tion à Op­pa­ma. Car nous de­vons nous adap­ter au fu­tur. Et ce­lui-ci se­ra for­cé­ment, au moins en par­tie, élec­trique. »

pré­voit de com­mer­cia­li­ser 12 nou­veaux mo­dèles de vé­hi­cules « 100 % élec­triques » d’ici à 2022, échéance de son nou­veau plan stra­té­gique, a in­di­qué hier le PDG Car­los Ghosn.

Op­pa­ma (Japon). Sur les lignes de cette usine Nis­san, on as­semble aus­si bien des vé­hi­cules ther­miques qu’élec­triques.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.