Votre court de ten­nis en un clic !

A moins d’être li­cen­cié dans un club, ré­ser­ver un court en Ile-de-France re­lève du par­cours du com­bat­tant. Heu­reu­se­ment, il existe dé­sor­mais des moyens fa­ciles et sans en­ga­ge­ment.

Le Parisien (Seine et Marne) - - SPORTS - PAR ÉRIC MI­CHEL

Pen­dant deux se­maines, vous vous êtes lan­gui de­vant les échanges de Ro­land-Gar­ros. Les jambes pi­co­taient, les doigts vous dé­man­geaient et vous sen­tiez une en­vie dingue de res­sor­tir la vieille ra­quette qui dort au gre­nier ?

Pro­blème, vous n’êtes pas li­cen­cié à la Fé­dé­ra­tion : im­pos­sible donc de ré­ser­ver un court. Dé­sor­mais, il existe pour­tant des so­lu­tions al­ter­na­tives qui per­mettent de louer un ter­rain en un clic. EN SIX HEURES AVEC LESDECHAINES.FR Pa­ris in­tra-mu­ros, le site de la mai­rie (Ten­nis.pa­ris.fr) vous de­mande de ré­ser­ver une se­maine à l’avance. Mais comment faire ailleurs ? Ni­co­las Fay­dide a eu une idée. A 28 ans, il a créé un site In­ter­net pour ré­ser­ver un court dans une ving­taine de clubs fran­ci­liens. Presque à vo­lon­té.

« Je suis par­ti de mon cas per­son­nel, ra­conte le fon­da­teur de Lesdechaines.fr. Je jouais beau­coup, mais quand je suis ar­ri­vé de Toulouse sur Pa­ris pour mes études, j’ai dû ar­rê­ter en club. Je vou­lais pour­tant conti­nuer de temps en temps pour m’amu­ser. C’est hé­las qua­si im­pos­sible, les courts ap­par­te­nant à des as­so­cia­tions, des clubs pri­vés ou des villes. Sans par­ler du prix sou­vent ex­ces­sif, ils ne sont pas libres d’ac­cès sans un badge, un code ou l’au­to­ri­sa­tion du gar­dien. » Qui veut en­core payer 500 € d’abon­ne­ment an­nuel pour jouer une fois par se­maine ?

Le jeune PDG lance donc son site qui per­met de ré­ser­ver un court sans l’aide de la struc­ture fé­dé­rale. « Que les choses soient claires, nous ne sommes pas concur­rents avec la Fé­dé, tient-il à pré­ci­ser. A terme, on peut même lui ap­por­ter de nou­veaux joueurs. »

En France, on es­time à 4 mil­lions le nombre de pra­ti­quants oc­ca­sion­nels, un quart d’entre eux pos­sé­dant une li­cence. « Nous avons donc pas­sé des ac­cords avec plu­sieurs clubs de la ré­gion pa­ri­sienne, en­chaîne Ni­co­las Fay­dide. Le but est de va­lo­ri­ser leurs in­fra­struc­tures quand celles-ci sont vides pour at­ti­rer un pu­blic qui n’est pas le leur. » À LA CARTE AVEC ANYBUDDY Le prin­cipe est le même pour l’ap­pli­ca­tion Anybuddy lan­cée à Lille en sep­tembre, avec dé­jà 7 000 uti­li­sa­teurs, et adop­tée sur la ré­gion pa­ri­sienne le 1er juin. « On pro­pose et as­sure que vous puis­siez jouer dans l’heure sur un court ma­gni­fique et en­tre­te­nu, et sans contrainte ni abon­ne­ment, confie le pa­tron de l’ap­pli­ca­tion, Frédéric Fou­co. Le ten­nis a en­core un fonc­tion­ne­ment ar­chaïque qui ne s’est pas adap­té aux nou­veaux be­soins des uti­li­sa­teurs qui veulent jouer à la carte et seule­ment payer ce qu’ils consomment. »

Une ins­crip­tion, un paie­ment sé­cu­ri­sé et hop : vous voi­là ra­quette en main sur la terre bat­tue de votre choix. Les sites et ap­pli­ca­tions vous per­mettent même de ré­ser­ver balles et ra­quettes.

« Quand vous ar­ri­vez de­vant le court, tout est ré­glé et il n’y a pas de mau­vaises sur­prises. Peu im­porte le ni­veau : nos joueurs ont entre 25 à 40 ans, sont non clas­sés et ont juste en­vie de jouer se­lon leur en­vie », concluent en choeur Ni­co­las Fay­dide et Frédéric Fou­co.

Une ving­taine de clubs de ré­gion pa­ri­sienne mettent leurs courts à dis­po­si­tion des non­li­cen­ciés sur le site Lesdechaines.fr.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.