« Ce té­lé­film pro­voque la dis­cus­sion »

Fla­vie Fla­ment a co­écrit le scé­na­rio de la fic­tion adap­tée de son ré­cit, pré­sen­tée en avant-pre­mière au Fes­ti­val de La Rochelle.

Le Parisien (Seine Saint Denis) - - Loisirs - DE NOTRE EN­VOYÉE SPECIALE À LA ROCHELLE (CHARENTE-MA­RI­TIME) CA­RINE DI­DIER

POUPETTE, alias Fla­vie, n’a que 13 ans. Et dé­jà des hommes la re­gardent, dont un cé­lèbre pho­to­graphe à qui sa mère la confie pour quelques cli­chés. Un drame pour l’ado­les­cente, vio­lée par Da­vid Ha­mil­ton. Un se­cret long­temps en­foui et à l’ori­gine d’une re­cons­truc­tion…

Adap­té du livre de Fla­vie Fla­ment et pré­vu sur France 3 en oc­tobre, le té­lé­film « la Conso­la­tion » a fait mouche, hier, lors du Fes­ti­val de la fic­tion, or­ga­ni­sé jus­qu’à di­manche à La Rochelle. Une his­toire de femmes où la réa­li­sa­trice Ma­ga­ly Ri­chard-Ser­ra­no part de la thé­ra­pie en­tre­prise par l’ani­ma­trice (in­car­née adulte par Emi­lie De­quenne) et mul­ti­plie les fla­sh­back pour re­mon­ter jus­qu’au trau­ma­tisme vé­cu par cette ado­les­cente ja­dis sous l’em­prise d’une mère ma­ni­pu­la­trice (for­mi­dable Léa Dru­cker).

UN AUTRE DO­CU­MEN­TAIRE SUR FRANCE 5

« Dans les choses dures, il y a tou­jours une vitalité et une poé­sie. C’est cet as­pect que j’ai dé­ci­dé de mettre en avant en étant dans le re­gard de Poupette. J’ai es­sayé d’être fi­dèle au livre et de re­créer une fic­tion pour que cette his­toire puisse être uni­ver­selle », ex­plique-t-elle.

Cos­cé­na­riste, Fla­vie Fla­ment a veillé aux dé­tails, ren­con­tré les co­mé­diennes pour leur « li­vrer des clés », no­tam­ment la jeune Lou Gable (16 ans) qui l’in­carne en­fant pour son pre­mier rôle. « Lou était une évi­dence. C’est elle mais elle a tel­le­ment de Poupette », in­siste la pré­sen­ta­trice.

Pré­sente sur le pla­teau les pre­miers jours du tour­nage, Fla­vie Fla­ment s’est en­suite ef­fa­cée pour lais­ser les com­mandes à la réa­li­sa­trice. « Au dé­part, je n’avais pas ima­gi­né une adap­ta­tion à la té­lé­vi­sion, jure-t-elle. La plume a été mon arme pour faire pas­ser un mes­sage et dé­non­cer un pré­da­teur que je ne pou­vais pas tra­duire de­vant les tri­bu­naux en rai­son de la pres­crip­tion. En­suite, on m’a pro­po­sé ce té­lé­film qui se­ra sui­vi d’un dé­bat, ce qui était es­sen­tiel pour moi. J’ai vu dans cette fic­tion une fa­çon de por­ter le mes­sage, de pro­vo­quer la dis­cus­sion, de tou­cher. »

Ses pre­mières ré­ac­tions en dé­cou­vrant son double à l’écran ? « J’ai re­gar­dé Poupette comme une autre et ce té­lé­film comme un ob­jet, même s’il s’agit

“DANS

LES CHOSES DURES, IL Y A TOU­JOURS UNE VITALITÉ ET UNE

POÉ­SIE

FLA­VIE FLA­MENT

de mon his­toire. Il a le sou­ci d’être fi­dèle à la réa­li­té dans les moindres dé­tails. Ce­la m’a ex­trê­me­ment tou­chée », af­firme l’ani­ma­trice de RTL au­près de la­quelle d’autres vic­times de Da­vid Ha­mil­ton (qui s’est sui­ci­dé en 2016) se sont ma­ni­fes­tées et qui pour­suit dé­sor­mais le com­bat pour faire al­lon­ger le dé­lai de pres­crip­tion des crimes sexuels com­mis sur des mi­neurs.

« J’es­père que l’on pour­ra trou­ver une is­sue fa­vo­rable d’ici deux ans pour faire évo­luer la loi. » Une ques­tion po­sée éga­le­ment dans le do­cu­men­taire « Viol sur mi­neurs : Mon com­bat contre l’ou­bli » qu’elle a co­réa­li­sé et qui se­ra dif­fu­sé le mois pr­chain sur France 5.

La Rochelle (Charente-Ma­ri­time), hier. Fla­vie Fla­ment ac­com­pa­gnée de Lou Gable, jeune ac­trice de 16 ans, qui in­ter­prète son rôle dans

« la Conso­la­tion », bien­tôt sur France 3.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.