Pa­ris pour­suit son sans-faute

Le Parisien (Seine Saint Denis) - - FAITS DIVERS -

Il y a d’abord ce chiffre qui claque. Pa­ris a si­gné hier soir face à Saint-Etienne sa sixième vic­toire consé­cu­tive de­puis le dé­but de la sai­son (Tro­phée des Cham­pions com­pris). Une per­for­mance donc, et un re­cord pour Tho­mas Tu­chel qui dé­passe Car­lo An­ce­lot­ti et entre dans l’his­toire du club de la ca­pi­tale. Cette su­pé­rio­ri­té ma­ni­feste sou­ligne en creux les res­sources d’une équipe qui peut se pas­ser de ses deux stars, Ney­mar au re­pos et Mbap­pé sus­pen­du, pour ba­layer le neu­vième du cham­pion­nat. Du vert de SaintE­tienne au rouge de Li­ver­pool, il y a un gap que les Pa­ri­siens de­vront har­di­ment fran­chir mar­di soir. La mo­ti­va­tion de­vrait les y ai­der, d’au­tant qu’ils ont ac­quis quelques cer­ti­tudes en un peu plus d’un mois de com­pé­ti­tion. Cette équipe sait se mon­trer dan­ge­reuse même dans ses temps faibles, comme l’a illus­tré l’ou­ver­ture du score de la tête de Drax­ler après une ou­ver­ture délicieuse du pied gauche du re­ve­nant Ver­rat­ti. Avec 21 buts ins­crits, Pa­ris a des ar­gu­ments à faire va­loir dans ce do­maine. Et le re­tour de Ney­mar mar­di à An­field ne gâte rien. Il ne faut ja­mais ti­rer des en­sei­gne­ments dé­fi­ni­tifs des ren­contres qui pré­cèdent les hauts som­mets de la Ligue des Cham­pions. On peut y dé­ce­ler des signes, ja­mais des vé­ri­tés. Mais il y a des constantes dans les der­niers matchs du Pa­ris SG qui ap­pellent cor­rec­tions. La pre­mière a trait au ni­veau de jeu af­fi­ché en pre­mière pé­riode face à des Verts, sans Ca­bel­la, mais por­tés par le sou­ve­nir de William Go­mis, l’an­cien Sté­pha­nois ré­cem­ment dé­cé­dé, dont ils por­taient tous le maillot. De­puis le dé­but de la sai­son, les hommes de Tu­chel ont pris la mau­vaise ha­bi­tude de bâ­cler leurs en­tames. C’était pa­tent à Guin­gamp ou face à An­gers. C’est donc trop fré­quent pour que les su­per­vi­seurs des Reds ne l’aient pas no­té dans leurs car­nets. Comme ils au­ront cer­tai­ne­ment écrit en lettres ca­pi­tales le nom de Ber­nat. Le nou­veau la­té­ral gauche manque de rythme et af­fiche des la­cunes dé­fen­sives « Moi je l’ai trou­vé top. Il est bon tech­ni­que­ment et prend bien les es­paces », l’a dé­fen­du Tu­chel éga­le­ment élo­gieux à l’en­droit de Drax­ler et Di Ma­ria. Fi­na­le­ment l’en­traî­neur pa­ri­sien a trou­vé la mar­tin­gale en rem­pla­çant Diar­ra (dé­pas­sé) par Dia­by (dé­jà au­teur d’une bonne en­trée à Guin­gamp) à la pause et en bas­cu­lant dans un 4-2-3-1 plus ef­fi­cace. C’est dans ces ha­bits que Pa­ris pour­rait se pré­sen­ter mar­di à An­field.

LES LA­CUNES DÉ­FEN­SIVES DE BER­NAT FRÉDRIC GOUAILLARD, NOTRE JOUR­NA­LISTE

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.