LE MA­LAISE

PO­LÉ­MIQUE La ré­vé­la­tion d’un sys­tème de re­cru­te­ment dis­cri­mi­na­toire de jeunes joueurs ébranle le club pa­ri­sien.

Le Parisien (Seine Saint Denis) - - LA UNE - PAR RO­NAN FOLGOAS (AVEC F.G.)

CETTE FOIS, les Foot­ball Leaks ne s’at­taquent pas aux sa­laires des stars du bal­lon rond, à leurs mon­tages fis­caux ou aux com­bines po­li­tiques entre di­ri­geants. Mais plu­tôt à la dis­cri­mi­na­tion et au fi­chage eth­nique. Et c’est le PSG qui se re­trouve dans la tour­mente après les ré­vé­la­tions, hier, de Me­dia­part et d’« En­voyé spé­cial » sur France 2. Sur la base de do­cu­ments in­ternes pi­ra­tés puis trans­mis à un con­sor­tium de jour­na­listes eu­ro­péens, nos confrères ont mis en lu­mière des pra­tiques dou­teuses dans l’ar­rière-cui­sine du club de la ca­pi­tale. Plus pré­ci­sé­ment au centre de for­ma­tion, au sein de la cel­lule de re­cru­te­ment « hors Ilede-France » du PSG.

Les faits s’étirent sur une pé­riode al­lant de 2013 au prin­temps 2018. Le groupe d’une quin­zaine de re­cru­teurs, ré­par­tis sur l’en­semble du ter­ri­toire, est alors di­ri­gé par Marc Wes­ter­loppe, spé­cia­liste re­con­nu de la dé­tec­tion des jeunes ta­lents. C’est lui no­tam­ment qui a re­mar­qué et lan­cé l’Ivoi­rien Di­dier Drog­ba. Juste après son ar­ri­vée au PSG, Wes­ter­loppe met en oeuvre un fi­chage in­for­ma­tique des joueurs su­per­vi­sés. On parle là d’ado­les­cents âgés entre 12 et 15 ans. Le sys­tème a dé­jà été éprou­vé à l’époque où il of­fi­ciait au RC Lens.

« FRAN­ÇAIS », « MAGH­RÉ­BIN », « AN­TILLAIS » OU « AFRI­CAIN » À REN­SEI­GNER

En de­hors des ca­rac­té­ris­tiques spor­tives clas­siques, « les yeux et les oreilles » du PSG en ré­gions sont in­vi­tés à ren­sei­gner l’ori­gine eth­nique du joueur ob­ser­vé. Quatre pos­si­bi­li­tés s’af­fichent dans un me­nu dé­rou­lant : « Fran­çais », « Magh­ré­bin », « An­tillais » ou « Afri­cain ». Un fi­chage eth­nique pur et dur in­ter­dit par la loi. Contac­té, Marc Wes­ter­loppe re­con­naît « une mal­adresse, une er­reur » de sa part, sans vou­loir en dire beau­coup plus. Se­lon ses proches, il s’agis­sait dans son es­prit « d’une in­for­ma­tion comme une autre », utile pour an­ti­ci­per d’éven­tuels pro­blèmes ad­mi­nis­tra­tifs. « Avec les joueurs d’ori­gine afri­caine, ar­ri­vés en France après leur nais­sance, les pa­piers d’iden­ti­té consti­tuent tou­jours un point sen­sible », nous fait-on sa­voir. Un ar­gu­ment pas for­cé­ment convain­cant.

D’au­tant que les en­quêtes de Me­dia­part et d’« En­voyé spé­cial » mettent en évi­dence la vo­lon­té af­fi­chée par Marc Wes­ter­loppe d’écar­ter au moins un jeune ta­lent du FC Rouen, Yann Gbo­ho, en 2014, sur la base de sa cou­leur de peau. Ce­ci dans le cadre d’une po­li­tique de re­cru­te­ment im­po­sée par « la di­rec­tion ». Sa­la­rié du Stade ren­nais de­puis son dé­part du PSG en jan­vier 2018, Wes­ter­loppe conteste fer­me­ment ces deux points. Il sou­tient que ses pro­pos ont été dé­for­més dans un compte ren­du de réunion, da­té de mars 2014.

Reste alors le de­gré de res­pon­sa­bi­li­té du club pa­ri­sien et de ses di­ri­geants. Tou­jours se­lon les do­cu­ments Foot­ball Leaks, la di­rec­trice des res­sources hu­maines du PSG à l’époque, Cé­line Pel­tier, avait connais­sance du sys­tème de fi­chage eth­nique. Elle l’au­rait d’ailleurs men­tion­né dans une réunion or­ga­ni­sée le 16 juin 2014, à la­quelle par­ti­ci­pait Jean-Claude Blanc, di­rec­teur gé­né­ral dé­lé­gué du club. Une in­for­ma­tion dé­men­tie ca­té­go­ri­que­ment par le prin­ci­pal in­té­res­sé qui sou­tient au­jourd’hui avoir dé­cou­vert le sys­tème grâce à l’en­quête des jour­na­listes (lire ci-contre).

CE NE SE­RAIT PAS SEULE­MENT L’OEUVRE D’UN HOMME SEUL

Quant à Nas­ser Al-Khe­laï­fi, pré­sident du PSG, au­cun élé­ment ne per­met d’éva­luer son ni­veau d’in­for­ma­tion sur le su­jet au mo­ment des faits. En­fin, Oli­vier Lé­tang, di­rec­teur spor­tif ad­joint du PSG et su­pé­rieur hié­rar­chique de Wes­ter­loppe à l’époque vi­sée, se dit « bles­sé et cho­qué » par les ré­vé­la­tions. Pour­tant, le su­jet du fi­chage eth­nique des re­crues po­ten­tielles du centre de for­ma­tion du PSG ne se­rait pas seule­ment l’oeuvre d’un homme iso­lé. D’après nos in­for­ma­tions, ob­te­nues au­près de sources concor­dantes, l’équipe de re­cru­te­ment « Ile-deF­rance » pro­cé­dait elle aus­si, ces der­nières an­nées, à du fi­chage eth­nique. Mais en fai­sant usage de codes : « BC » (pour blanc), « MS » (mé­tis), « BK » (black), « BR » (beur) et « AS » (asia­tique). In­ter­ro­gé, JeanC­laude Blanc se montre prudent et ren­voie aux fu­tures conclu­sions d’une en­quête in­terne en cours.

Centre de for­ma­tion du PSG (Saint-Ger­main-en-Laye), le 20 mai. Les jeunes joueurs pa­ri­siens au­raient été fi­chés entre 2013 et le prin­temps der­nier.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.