Le per­mis moins cher, c’est pos­sible?

Confron­té à la grogne sur le prix des car­bu­rants, le pré­sident de la Ré­pu­blique a pro­mis, hier, de ré­duire le coût du Code et de la conduite. Vraie ré­vo­lu­tion ou coup de com ?

Le Parisien (Seine Saint Denis) - - SOCIÉTÉ - PAR FRÉ­DÉ­RIC MOUCHON ET ÉMI­LIE TORGEMEN (AVEC J.A.) JEAN-YVES FER­RON, GES­TION­NAIRE D’UNE AU­TO-ÉCOLE À NEUILLY (HAUTS-DE-SEINE) LP/F. DUGIT.

ANAËLLE A 20 ANS, ha­bite en Seine-et-Marne et a ra­té hier son Code. Pas de quoi la trau­ma­ti­ser, mais elle fait tout de même ses comptes : 30 € pour chaque épreuve théo­rique + 1 500 € pour vingt heures de conduite mi­ni­mum, sa­chant que son au­to-école lui a conseillé de prendre… trente-cinq heures de cours. L’ad­di­tion risque d’être sa­lée. « Beau­coup de mes potes ai­me­raient pas­ser le per­mis pour être plus au­to­nomes, mais ni eux ni leurs pa­rents n’ont les moyens de payer », sou­ligne la jeune femme.

Bonne nou­velle pour ses amis : le pré­sident de la Ré­pu­blique a an­non­cé hier une « baisse dras­tique du coût du per­mis ». Il a pris de court les deux par­le­men­taires cen­sés rendre en dé­cembre un rap­port sur le su­jet. Le dé­lé­gué gé­né­ral de l’as­so­cia­tion 40 Mil­lions d’au­to­mo­bi­listes, Pierre Chas­se­ray, y voit « un ef­fet d’an­nonce pour es­sayer d’éteindre le feu sur les car­bu­rants ». Mais, pour les 1,5 mil­lion de Fran­çais qui tentent l’exa­men chaque an­née et payent en moyenne 1 804 €, c’est sur­tout Noël avant l’heure.

La pre­mière piste avan­cée par Em­ma­nuel Ma­cron est d’in­té­grer l’en­sei­gne­ment théo­rique à l’école. « Ce­la fait quinze ans qu’on le de­mande, se fé­li­cite la pré­si­dente de la Ligue contre la vio­lence rou­tière, Chan­tal Per­ri­chon. On ap­prend bien aux élèves à na­ger, le Code est tout aus­si im­por­tant. » « Au­jourd’hui, les ly­céens sont cen­sés avoir trois heures obli­ga­toires de cours d’édu­ca­tion rou­tière, mais les profs n’ont pas le temps », sou­pire Anne La­vaud, dé­lé­guée gé­né­rale de la Pré­ven­tion rou­tière.

Le pré­sident de l’ECF (Ecole de conduite fran­çaise), Fré­dé­ric Mar­ti­nez, y voit pour sa part un « écran de fu­mée » : « L’ap­pren­tis­sage du Code ne coûte qua­si­ment rien et ce n’est pas là-des­sus que les can­di­dats fe­ront des éco­no­mies. » Pa­ris : 2140€ Ter. de Bel­fort : 1468€ Pour bais­ser le prix du per­mis, Em­ma­nuel Ma­cron a aus­si pro­mis de ré­duire les dé­lais de pas­sage de l’exa­men. Car plus on at­tend, plus on est obli­gé de re­prendre des cours en vue de res­ter à ni­veau. L’Etat a dé­jà ou­vert de­puis plus de deux ans l’or­ga­ni­sa­tion de l’exa­men théo­rique à des en­tre­prises pri­vées. Le dé­lai de pas­sage d’un deuxième exa­men après un échec est pas­sé de quatre-vingt-treize à soixante-trois jours en moyenne et le coût pour le can­di­dat a été ré­duit de 150 à 300 € par can­di­dat. « Cette me­sure a été un franc suc­cès, on at­tend main­te­nant la même chose pour l’épreuve pra­tique », plaide Ben­ja­min Gai­gnault, créa­teur de l’au­to-école en ligne Or­ni­kar.

C’est ce que craignent les pro­fes­sion­nels. « Ils vont sans doute in­ci­ter les ap­pren­tis conduc­teurs à uti­li­ser da­van­tage les plates-formes sur In­ter­net qui pro­posent de louer un mo­ni­teur, ce qui re­vient de 30 à 40 % moins cher que de pas­ser par une au­to-école », pré­dit un ins­pec­teur du per­mis. « Ra­ser gratis, ça fait plai­sir aux gens, mais ça re­vient à ubériser l’en­sei­gne­ment de la conduite, s’in­quiète Jean-Yves Fer­ron, ges­tion­naire d’une au­to-école à Neuilly (Hauts-de-Seine). Ce­la fi­ni­ra par dé­truire notre pro­fes­sion et ce­la po­se­ra des pro­blèmes de qua­li­té de la for­ma­tion, donc de sé­cu­ri­té rou­tière. »

RA­SER GRATIS, ÇA FAIT PLAI­SIR AUX GENS, MAIS ÇA RE­VIENT À UBÉRISER L’EN­SEI­GNE­MENT DE LA CONDUITE

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.