Ces col­lé­giens par­ti­ci­pe­ront à la cé­ré­mo­nie du sou­ve­nir

Une classe de 3e du col­lège Jean-Mou­lin réa­lise un im­por­tant tra­vail de mé­moire sur la Pre­mière Guerre mon­diale.

Le Parisien (Seine Saint Denis) - - SEINE-SAINT-DENIS - PAR SÉ­BAS­TIEN THOMAS

DORA, LOLA et Sai-Ajanth et leurs ca­ma­rades de classe vont par­ti­ci­per de­main aux cé­ré­mo­nies du 11 No­vembre. Elèves de 3e au col­lège Jean-Mou­lin à Neuilly-Plaisance, ils ont in­té­gré une classe qui met en avant un pro­gramme axé sur la dé­fense et les faits d’armes du pays. A l’oc­ca­sion du cen­te­naire de l’ar­mis­tice de la guerre 1914-1918, ces col­lé­giens sont en train de réa­li­ser un im­por­tant tra­vail de mé­moire.

« Des mil­lions de gens se sont sa­cri­fiés pour nous, c’est donc im­por­tant de leur rendre hom­mage, as­sure Dora, très in­ves­tie. Lors­qu’on a par­ti­ci­pé à la cé­ré­mo­nie du ra­vi­vage de la flamme sous l’Arc de Triomphe, en oc­tobre der­nier, j’étais très fière. »

« IL FAUT TRANS­METTRE CETTE HIS­TOIRE POUR SE RENDRE COMPTE DE CE QUE LES SOL­DATS ONT VÉ­CU » LOLA, UNE COL­LÉ­GIENNE

« Nous avons dé­cou­vert tout ce qu’ont en­du­ré les sol­dats en 1914 et je ne m’at­ten­dais pas à une telle hor­reur, ren­ché­rit Lola. C’est pour­quoi ces cé­ré­mo­nies sont si im­por­tantes, il faut trans­mettre cette his­toire pour se rendre compte de ce qu’ils ont vé­cu ». C’est la pre­mière an­née que le col­lège met en place un tel par­te­na­riat avec le mi­nis­tère de la Dé­fense. Tous les quinze jours, une heure est consa­crée à l’étude ap­pro­fon­die de la Pre­mière Guerre mon­diale. Fin juin der­nier, tous les pa­rents d’élèves de 4e ont re­çu la pro­po­si­tion pour faire par­tie d’un tel pro­gramme. « Les dix pre­mières ré­ponses ont été en­voyées par des jeunes filles », note Jean-Hen­ri Rey­nier, le prin­ci­pal, cas­sant ain­si le cli­ché que les faits de guerre n’in­té­ressent que les gar­çons. « De­puis la fin du ser­vice mi­li­taire, le lien s’est dis­ten­du entre l’ins­ti­tu­tion mi­li­taire et les ci­toyens, ana­lyse le chef d’éta­blis­se­ment. Or, l’ar­mée est un des fon­de­ments de notre dé­mo­cra­tie. » Cette ini­tia­tive n’au­rait ja­mais vu le jour sans Va­lé­rie de Schaet­zen, pro­fes­seur d’his­toire, qui porte le pro­jet à bout de bras. « J’es­saie de rendre cette ap­proche la plus concrète pos­sible à tra­vers des sor­ties au fort de Vin­cennes (94), au fort d’Ivry (94), au mu­sée de la Grande Guerre à Meaux (77) mais aus­si en de­man­dant aux élèves de tra­vailler sur plu­sieurs pro­jets », dé­taille l’en­sei­gnante. Ain­si, en dé­but d’an­née, ils ont ra­me­né des sou­ve­nirs (lettres, mé­dailles, pho­tos, cer­ti­fi­cats…) de la Pre­mière Guerre dans le but de consti­tuer, à terme, un mi­ni-mu­sée. Une fresque so­nore avec la lec­ture de lettres de poi­lus ac­com­pa­gnée d’une mu­sique ain­si que des comptes ren­dus des sor­ties ef­fec­tuées du­rant l’an­née, est pré­vue pour la fin de l’an­née sco­laire.

La mu­ni­ci­pa­li­té sou­tient l’ini­tia­tive puis­qu’elle a mis des cars à la dis­po­si­tion des élèves lors des dé­pla­ce­ments. Elle a éga­le­ment in­té­gré ces der­niers aux cé­ré­mo­nies de de­main. L’un d’entre eux au­ra même l’hon­neur d’être porte-dra­peau.

Neuilly-Plaisance, hier. Les élèves de 3e du col­lège Jean-Mou­lin, ain­si que leur pro­fes­seur d’his­toire et le prin­ci­pal par­ti­ci­pe­ront aux com­mé­mo­ra­tions.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.