250 € pour un Rois­sy-Pa­ris : un taxi clan­des­tin fil­mé en pleine es­cro­que­rie

Un couple de tou­ristes thaï­lan­dais a été vic­time d’un faux chauf­feur de VTC lors de son voyage dans la ca­pi­tale. Une scène qu’ils ont fil­mée et pos­tée sur les ré­seaux so­ciaux. Une en­quête a été ou­verte jeu­di.

Le Parisien (Seine Saint Denis) - - VOTRE DÉPARTEMENT - PAR CA­RO­LINE PI­QUET ET AMAN­DINE POINTEL

ne en­quête pour « exer­cice illé­gal de la pro­fes­sion de taxi » a été ou­verte jeu­di, après la dif­fu­sion d’une vi­déo sur la pla­te­forme en ligne YouTube, mon­trant un couple de tou­ristes thaï­lan­dais en train de se faire es­cro­quer par un taxi clan­des­tin en Ile-de-France, a ap­pris « Le Pa­ri­sien » de source ju­di­ciaire. Les in­ves­ti­ga­tions ont été confiées à la po­lice des taxis, plus com­mu­né­ment ap­pe­lée les « Boers ».

Cette vi­déo, de­ve­nue vi­rale sur les ré­seaux so­ciaux, a été fil­mée et pos­tée mar­di par l’une des deux vic­times. La scène se dé­roule dans une rue de Pa­ris, à l’in­té­rieur du vé­hi­cule d’un homme qui pré­tend exer­cer pour Chauf­feur pri­vé. Contac­tée, l’ap­pli­ca­tion de conduc­teurs de VTC a confir­mé au « Pa­ri­sien » que l’homme n’exer­çait pas au sein de sa flotte.

UDans la vi­déo, le chauf­feur de taxi clan­des­tin, as­sez agres­sif, exige le paie­ment de 247 €, dans un an­glais som­maire, pour un tra­jet de­puis l’aé­ro­port de Rois­sy Charles-deGaulle jus­qu’à Pa­ris, alors qu’une telle course ne coûte que 50 €. As­sis à l’ar­rière, le couple de tou­ristes re­fuse de payer cette somme, ce qui pro­voque la fu­reur de leur chauf­feur. « Taxi in Pa­ris is ve­ry ex­pen­sive ! » (« Les taxis à Pa­ris sont très chers »), s’em­porte l’homme, der­rière son vo­lant.

Le couple de­mande au conduc­teur de lui mon­trer son ap­pli­ca­tion de chauf­feur de VTC, puis sa li­cence de taxi, avant de l’ex­hor­ter à le dé­po­ser de­vant un poste de po­lice. Mais ce­lui-ci re­fuse de les lais­ser des­cendre, se fai­sant de plus en plus me­na­çant. « Vous ne vou­lez pas me payer ? Pas de pro­blème. At­ten­dez une mi­nute », hurle-t-il, tout en conti­nuant à rou­ler.

La suite, c’est l’une des deux vic­times elle-même, Char­krid Than­ha­char­tyo­thin, qui la ra­conte au « Pa­ri­sien », de­puis Bang­kok : « Les portes étaient ver­rouillées, et nous avions tous nos ba­gages dans le coffre. Il ne vou­lait pas nous lais­ser sor­tir, et conti­nuait à rou­ler tout en té­lé­pho­nant à [sa pré­ten­due] équipe pour trou­ver une mé­dia­tion. Alors, nous avons dé­ci­dé de payer 200 €, pour des­cendre. »

Cho­qués, Char­krid et sa com­pagne sont ren­trés en Thaï­lande sans avoir eu le temps de dé­po­ser plainte. Ils ont pos­té la vi­déo sur YouTube pour éveiller la vi­gi­lance des Thaï­lan­dais. « Beau­coup de mes­sages nous té­moignent de l’em­pa­thie […] Nous sommes re­con­nais­sants pour votre gen­tillesse », a re­mer­cié le jeune homme.

In­ter­lo­qué par le mon­tant, le couple a fil­mé la scène. Ce qui de­vrait per­mettre d’iden­ti­fier le chauf­feur mal­hon­nête…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.