Massy tombe sur un os

Lo­gi­que­ment bat­tue (21-32) par Oyonnax hier soir, la lan­terne rouge réa­lise une mau­vaise opé­ra­tion dans l’op­tique du main­tien.

Le Parisien (Seine Saint Denis) - - SEINE-SAINT-DENIS - FRANCK GINESTE

IL N’Y A DONC PAS eu de troi­sième ex­ploit. Après avoir ac­cro­ché Brive puis Biar­ritz à son ta­bleau de chasse, Massy a, cette fois, su­bi la loi du plus fort, celle d’Oyonnax. Le re­lé­gué de Top 14 et nou­veau co­lea­der est ve­nu rap­pe­ler au XV es­son­nien que son stade Jules-La­dou­mègue n’était pas re­de­ve­nu une ci­ta­delle im­pre­nable. La re­chute (22-14) à Car­cas­sonne, où le Pe­tit Pou­cet n’avait pour­tant pas dé­mé­ri­té, n’était donc pas un aver­tis­se­ment sans frais. Tou­jours der­nier, mais avec dé­sor­mais neuf lon­gueurs de re­tard sur les pre­miers non-re­lé­gables, Massy a pu se rendre compte que le che­min vers le main­tien res­tait bien long. « Oyonnax n’avait que des joueurs qui ont évo­lué en Top 14. On a donc af­fron­té une équipe de Top 14, su­pé­rieure dans tous les com­por­te­ments. On a pour­tant tout don­né », constate Di­dier Fau­ge­ron.

UNE DENT CONTRE L’AR­BI­TRAGE

En re­vanche, l’en­traî­neur mas­si­cois avait une dent contre l’ar­bi­trage. « Je de­mande que Massy soit pris au sé­rieux par le corps ar­bi­tral, qu’on res­pecte le club, lance-t-il cal­me­ment. Je ne cherche pas d’ex­cuses, je ré­agis sim­ple­ment à ce que les en­traî­neurs ad­verses me disent. C’était dé­jà le cas à Car­cas­sonne. OK, on est les pe­tits, mais les règles ne sont pas plus pe­tites pour nous. »

Les vingt pre­mières mi­nutes, que Massy a pas­sées à dé­fendre de­vant sa ligne, avaient don­né le ton. A 15 contre 13, les Es­son­niens ont tout de même fait souf­fler un vent de révolte, sym­bo­li­sé par Thomas Bordes, pas­sé par Oyonnax avant son ar­ri­vée à Massy en 2017. Comme face à Biar­ritz, le ta­lon­neur s’est of­fert un dou­blé sur des ac­tions co­pies conformes (pé­nal­touche et maul), por­tant son to­tal d’es­sais à cinq. Mais Oyonnax n’a pas la meilleure at­taque du cham­pion­nat pour rien, et il a fait par­ler la poudre après la re­prise avec un dou­blé si­gné de Dug Cod­jo, for­mé à… Massy. De­puis, il n’évo­lue plus dans la même cour.

Stade Jules-La­dou­mègue (Massy), hier. Le XV mas­si­cois, avec Geof­frey Sel­la, a chu­té à do­mi­cile face à Oyonnax .

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.