« Le match de l’an­née »

Le Parisien (Val de Marne) - - RUGBY TOP 14 AUTRE MATCH -

« Le der­by, le fa­meux duel, la ren­contre tant at­ten­due entre deux équipes ri­vales et voi­sines. Le match à ne pas ra­ter. Mais, un der­by, c’est bien plus que ça… Derrière l’as­pect spor­tif, il y a la ri­va­li­té lo­cale, cultu­relle et so­ciale. Les der­bys dé­passent l’uni­vers spor­tif. J’en ai vé­cu de nom­breux pen­dant des an­nées.

4,7 km sé­parent Bayonne de Biar­ritz, l’in­com­pa­rable der­by basque. Ce dé­fi prend aux tripes, sans pou­voir le maî­tri­ser. J’avais beau me dire que ça res­tait un match de cham­pion­nat comme un autre, une pres­sion ex­té­rieure s’em­pa­rait de moi. La su­pré­ma­tie lo­cale était en jeu. Les villes pro­fitent de cette af­fiche pour re­do­rer leurs bla­sons, dra­peaux flot­tant sur les bal­cons, af­fiches du match sur toutes les vi­trines, et les mas­cottes se font plus belles que ja­mais !

Mais au-de­là d’al­ler cher­cher les quatre points de la vic­toire, il fal­lait aus­si et sur­tout sou­la­ger nos ego de joueurs et apai­ser la pres­sion quo­ti­dienne des sup­por­teurs. Im­pos­sible de me vi­der la tête les quelques jours qui pré­cé­daient le­dit der­by. Où que j’aille, quoi que je fasse, la ville n’était plus ré­gie que par ce match.

Même en ten­tant de res­ter fo­ca­li­sé sur l’as­pect spor­tif, cette ten­sion vous en­va­hit sans vous pré­ve­nir et ne vous lâche pas. Jus­qu’au coup de sif­flet fi­nal où je me sou­viens avoir été por­té en triomphe après une vic­toire en terre en­ne­mie, et ac­ca­blé et hué après une dé­faite à Agui­le­ra. C’est vrai­ment le match de l’an­née.

Ce week-end, l’ASM Cler­mont re­çoit le CA Brive. Une cen­taine de ki­lo­mètres éloignent la ci­té gaillarde de la mé­tro­pole des Ar­vernes. Bri­viste de souche, j’ai aus­si vé­cu, et dès le plus jeune âge, cette ri­va­li­té entre Cou­joux et Jau­nards. Seize an­nées à vivre ces duels, on n’en reste pas sans traces. Et, trois sai­sons après la fin de ma car­rière, je sens tou­jours cette boule dans le ventre, cette pres­sion par­ti­cu­lière quand on évoque un der­by.

Et si je de­vais re­te­nir une seule image de ce match si par­ti­cu­lier, ce se­rait sans doute le vi­sage des ca­pi­taines dans le cou­loir. Re­gard em­pli de peur, de doute et de dé­ter­mi­na­tion, avant la sor­tie dans l’arène. Tel un taureau par­tant dé­fier son ma­ta­dor. »

CONSUL­TANT BEIN SPORTS ET CHRO­NI­QUEUR POUR « LE PA­RI­SIEN » « AU­JOURD’HUI EN FRANCE »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.