Gar­cia : « Rê­ver en­core plus grand »

Ca­ro­line Gar­cia, qua­li­fiée pour le Mas­ters fé­mi­nin

Le Parisien (Val de Marne) - - SPORTS - PRO­POS RE­CUEILLIS PAR ÉRIC BRUNA

As­su­rée de par­ti­ci­per au Mas­ters de fin d’an­née, Ca­ro­line Gar­cia nous confie que sa réus­site ac­tuelle va l’ai­der à « al­ler cher­cher un Grand Che­lem ».

PRO­CHAIN, jour de LUN­DI SOIR ses 24 ans, Ca­ro­line Gar­cia se­ra dans un vol pour Sin­ga­pour. Di­rec­tion le Mas­ters fé­mi­nin (2229 oc­tobre). « Le ca­deau par­fait », sou­rit-elle. Après le re­trait de la Bri­tan­nique Kon­ta du tour­noi de Mos­cou, la n°9 mon­diale, ré­cente lau­réate des tour­nois de Wu­han et Pé­kin, est en ef­fet of­fi­ciel­le­ment conviée dans le grand huit. Un fi­nal en apo­théose après un dé­but de sai­son entre bles­sure au dos, aban­don du double et re­non­ce­ment contro­ver­sé à la Fed Cup. Qu’avez-vous res­sen­ti en ap­pre­nant votre qua­li­fi­ca­tion ? CA­RO­LINE GAR­CIA. La sen­sa­tion un peu bi­zarre de se sa­tis­faire que quel­qu’un soit bles­sé. Mais je ne pou­vais pas faire grand­chose, j’étais obli­gée d’at­tendre. Je suis hy­per contente. Il y a deux se­maines, ce n’était pas vrai­ment dans les plans !

Vous êtes sur un pe­tit nuage ? Au contraire, j’ai tou­jours gar­dé les pieds sur terre. J’es­saie de ne pas trop m’en­vo­ler. La sai­son n’est pas ter­mi­née. Je pro­fite

8Ca­ro­line

Gar­cia se­ra la 8e joueuse fran­çaise à par­ti­ci­per au Mas­ters fé­mi­nin (après Dürr, Tau­ziat, Ha­lard, Tes­tud, Pierce, Mau­res­mo et Bar­to­li). Seule Amé­lie Mau­res­mo (2005) a réus­si à ins­crire son nom au pal­ma­rès. juste de l’ins­tant pré­sent. Com­ment ex­pli­quez-vous votre réus­site ?

C’est un che­min, une aven­ture pas tou­jours rose. J’ai ap­pris à me cou­per de l’ex­té­rieur, ou­blier les en­jeux, être concen­trée sur le ter­rain, res­ser­rer les per­sonnes au­tour de moi.

« CES DEUX SE­MAINES VONT M’AI­DER POUR AL­LER CHER­CHER UN GRAND CHE­LEM »

Vous sen­tez-vous prête à dé­cro­cher un Grand Che­lem ? Je n’ai pas de gros points faibles, ça se joue dans les dé­tails et la ges­tion de tout ce qu’il y a au­tour de l’évé­ne­ment. Cette an­née, c’était mieux à Ro­land-Gar­ros (1/4 de fi­nale) et Wim­ble­don (8e). Il reste en­core trois matchs à ga­gner. Ces deux se­maines vont m’ai­der pour al­ler cher­cher un Grand Che­lem.

En 2011, An­dy Mur­ray twee­tait sur votre fu­ture place de n°1 mon­diale.

C’était une pré­dic­tion ?

Ça m’avait plu­tôt des­ser­vie. (Sou­rire.) Je n’étais pas prête à sus­ci­ter au­tant d’at­ten­tion. Au­jourd’hui, je vis mieux les at­tentes et tra­vaille dur pour que ça se réa­lise un jour.

D’au­tant qu’il n’y a plus vrai­ment de hié­rar­chie de­puis le dé­part de Se­re­na Williams… Il y a une nou­velle gé­né­ra­tion de filles de 23-24 ans ré­gu­lières dans le top 10 et c’est bien d’en faire par­tie. C’est du très haut ni­veau, mais ça per­met de rê­ver en­core plus grand et es­sayer d’y ac­cé­der plus vite.

Vos vic­toires ont-elles chan­gé vos re­la­tions avec la Fé­dé­ra­tion et les autres joueuses fran­çaises ?

Il s’est pas­sé beau­coup de choses bles­santes que je n’ou­blie­rai ja­mais. Les re­la­tions ont un peu évo­lué avec cer­taines, et ça s’amé­lio­re­ra peut-être sur le long terme. J’ai res­treint le cercle de confiance et ne m’oc­cupe plus de ce que les autres peuvent pen­ser de mes dé­ci­sions. Les vic­toires ne changent rien à ça.

Pé­kin ( Chine), di­manche. Ca­ro­line Gar­cia pose tout sou­rire, avec son tro­phée, après sa vic­toire en fi­nale du tour­noi de Pé­kin.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.