«Ga­zole E5 ou B7? Au­cune idée!»

De­puis hier, les car­bu­rants portent de nou­veaux noms à la pompe. De quoi in­ter­lo­quer les au­to­mo­bi­listes.

Le Parisien (Val de Marne) - - SOCIÉTÉ - PAR AY­ME­RIC RE­NOU (AVEC SOLÈNE NUNEZ-SÉGALINY)

ES­SENCE OU DIE­SEL ? Ou­bliez vos ha­bi­tudes au mo­ment de faire le plein. De­puis hier, les car­bu­rants ont chan­gé de nom dans les sta­tions-ser­vice. Confor­mé­ment à une di­rec­tive eu­ro­péenne de 2014 qui vise à uni­for­mi­ser les ap­pel­la­tions dans tous les pays de l’Union et sept pays voi­sins, on ne dit plus die­sel mais B7, et E5 au lieu de sans-plomb 98.

Pour s’y re­trou­ver, il faut d’abord re­pé­rer le sym­bole cor­res­pon­dant à chaque car­bu­rant : un rond pour l’es­sence, un car­ré pour le die­sel et un lo­sange pour le GPL (gaz de pé­trole li­qué­fié) et autres car­bu­rants ga­zeux. Ça se com­plique quand il s’agit de mé­mo­ri­ser les nou­veaux noms. L’es­sence sans plomb, à in­dice d’oc­tane 95 ou 98, est dé­sor­mais ap­pe­lée E5, ou E10 quand il y a ad­jonc­tion de 10 % d’étha­nol. L’es­sence connue jusque-là sous le terme su­per­é­tha­nol prend, elle, la dé­no­mi­na­tion E85. Du cô­té des die­sels, on ou­blie les pre­mier et ex­cel­lium, seules deux ca­té­go­ries font dé­sor­mais au­to­ri­té : B7 pour la for­mule clas­sique et B10 pour celle conte­nant, elle aus­si, 10 % de car­bu­rant d’ori­gine vé­gé­tale.

PRA­TIQUE LORS DES VOYAGES EN EU­ROPE

Voi­là pour la théo­rie. Dans la pra­tique, les sta­tions-ser­vice af­fi­che­ront en­core les noms « à l’an­cienne » pen­dant quelques se­maines. Une bonne nou­velle, car c’est le grand flou chez les usa­gers de la route que nous avons croi­sés hier. « E5 ou B7 ? Je n’en ai pas la moindre idée, je mets juste l’es­sence ! » s’étonne ain­si Flo­rence, 48 ans. Ma­ni­fes­te­ment per­due, avec de grands yeux d’éton­ne­ment face aux nou­velles ap­pel­la­tions à la pompe, cette cadre dans l’in­dus­trie phar­ma­ceu­tique réus­sit tout de même, après quelques se­condes de ré­flexion, à de­vi­ner qu’il faut abreu­ver son Au­di A3 avec de l’E5.

Pas plus de chance du cô­té de Greg, 42 ans, em­ployé dans l’in­dus­trie mi­nière, qui avoue, un peu gê­né, n’être « au cou­rant de rien du tout ». Ac­cou­dé à la por­tière de sa Golf, il re­con­naît tou­te­fois que ce chan­ge­ment, « au­quel il va fal­loir s’ha­bi­tuer », au­ra « du bon » pour les dé­pla­ce­ments en voi­ture à l’étran­ger. « Ce­la per­met­tra de ne pas se trom­per au mo­ment de faire le plein n’im­porte où en Eu­rope. »

Au jeu des de­vi­nettes, Phi­lippe, 55 ans, di­rec­teur dans la pu­bli­ci­té, fait lui aus­si chou blanc. In­ter­lo­qué de­vant les pic­to­grammes qu’on lui pré­sente, il doit se ré­soudre à avouer ne pas sa­voir com­ment rem­plir le ré­ser­voir de son scoo­ter à trois roues. « Ce que je sais, c’est qu’il ne faut pas que j’y mette de l’es­sence avec de l’étha­nol parce que ce pro­duit abîme les pe­tits mo­teurs… Ce se­ra donc de l’E5. Mer­ci pour l’in­fo ! »

Pour une tran­si­tion en dou­ceur, les sta­tions-ser­vice af­fi­che­ront en­core quelques se­maines l’an­cienne no­men­cla­ture des car­bu­rants.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.