Pro­fi­tez du der­nier jour de l’été Des tem­pé­ra­tures es­ti­vales

Le ther­mo­mètre s’est en­core cru en juillet hier. Ce­la va en­core du­rer… un tout pe­tit peu.

Le Parisien (Val de Marne) - - SOCIÉTÉ - PAR A.G.

LE MAS­SIF DU MONT-BLANC où les ébou­lis se sont mul­ti­pliés cet été en rai­son de ge­lées trop rares, va-t-il pou­voir souf­fler, les in­sectes ar­rê­ter de zé­zayer au­des­sus de nos dé­jeu­ners en ter­rasse ? Après avoir joué les pro­lon­ga­tions, l’été sonne la re­traite. Ce­la se gâte dès de­main, et lun­di ce se­ra vrai­ment l’au­tomne, pré­voient les ex­perts de Mé­téo France. Alors pro­fi­tez plei­ne­ment de ce sa­me­di, en­core digne d’un mois de juillet.

Un ciel bleu un peu par­tout ex­cep­té sur la pointe bre­tonne et le Lan­gue­doc, c’est le pro­gramme, avec en­core une pluie de re­cords de cha­leur at­ten­due par Mé­téo France, par­ti­cu­liè­re­ment dans le Sud-Ouest et le Centre : à Biar­ritz comme du cô­té de Ne­vers, le mer­cure de­vrait at­teindre les 30 °C, à Pa­ris 27 °C et la ma­ti­née se­ra ex­cep­tion­nel­le­ment douce (17 °C, soit 2 °C de plus par rap­port à la même date en 2005). Pour trou­ver un souffle de fraî­cheur, vi­sez plu­tôt Gre­noble ou Men­ton (22 °C). « La France a connu le 11 oc­tobre le plus chaud de son his­toire avec une tem­pé­ra­ture moyenne de 18,8 °C mais ce sa­me­di se­ra la jour­née la plus chaude de la se­maine. On est par­ti pour battre un nou­veau re­cord de hausse des tem­pé­ra­tures pour la deuxième dé­cade d’oc­tobre », se­lon le pré­vi­sion­niste Pa­trick Ga­lois. Con­sé­quence de cette dou­ceur qui s’at­tarde, l’an­née 2018 pour­rait ren­trer dans le top 3 des an­nées les plus chaudes qu’ait connues l’Hexa­gone de­puis 1900.

UNE TROPICALISATION

L’été 2018 est d’ores et dé­jà clas­sé par Mé­téo France comme le se­cond plus chaud (après ce­lui de 2003) que nous ayons connu, avec un ther­mo­mètre qui a af­fi­ché en moyenne + 1, 5 °C par rap­port à 2017 et un en­so­leille­ment glo­bal su­pé­rieur de 20 % par rap­port à 2003 (jus­qu’à 40 % à Lyon, Dax ou Car­pen­tras). Mais ce qui frappe les ex­perts, c’est la per­sis­tance dé­sor­mais qua­si per­ma­nente d’un air doux dans l’Hexa­gone. « Certes, on a connu maintes fois de belles ar­rière-sai­sons, mais quatre mois de cha­leur non-stop, c’est in­édit, constate Guillaume Sé­chet, fon­da­teur du site Me­teo­pa­ris.com. Même en 2003, on avait re­trou­vé des tem­pé­ra­tures de sai­son dès sep­tembre. »

C’est en mon­tagne que cette « tropicalisation » est la plus sen­sible : du 15 juin au 30 sep­tembre, le pic du Mi­di (Py­ré­nées) a to­ta­li­sé 108 jours in­in­ter­rom­pus Tem­pé­ra­tures maxi­males pré­vues cet après-mi­di sans gel. Du ja­mais­vu de­puis 1999 (77 jours). Et dans le mas­sif du Mont-Blanc, c’est dé­sor­mais en tee-shirt que les al­pi­nistes font des sel­fies sur le toit de l’Eu­rope, alors qu’il y a douze ans, il fal­lait pré­voir dou­doune et bois­sons chaudes pour sa­vou­rer l’ex­ploit par - 15 °C. A Cha­mo­nix, c’est d’ailleurs en­core un très doux 17 °C qui est an­non­cé au­jourd’hui. Alors, on en pro­fite, car de­main, et sur­tout lun­di, fi­ni « cette dou­ceur re­mar­quable », an­nonce Mé­téo France. Le ther­mo­mètre va dé­grin­go­ler de plus de 10 °C et c’est gri­saille un peu par­tout et pluie des Ar­dennes aux Py­ré­nées.

RE­TROU­VEZ LA MÉ­TÉO EN DER­NIÈRE PAGE

QUATRE MOIS DE CHA­LEUR NON-STOP, ”

C’EST IN­ÉDIT

GUILLAUME SÉ­CHET, MÉTÉOROLOGISTE

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.