Les pieds brû­lés par ses chaus­sures

Les si­gna­le­ments se mul­ti­plient dans les Hauts-de-France. En cause, un pro­duit an­ti­moi­sis­sure, le di­mé­thyl­fu­ma­rate.

Le Parisien (Val d'Oise) - - SOCIÉTÉ -

le ma­ga­sin lui donne les co­or­don­nées de son four­nis­seur et garde le mo­dèle en rayon. Un mail à la Di­rec­tion gé­né­rale de la concur­rence, de la consom­ma­tion et de la ré­pres­sion des fraudes se­ra vite sui­vi de la vi­site d’une ins­pec­trice : « Elle est ve­nue chez moi mettre les chaus­sures sous scel­lés, puis elle est al­lée ache­ter la même paire dans le même ma­ga­sin pour com­pa­rer. »

Ka­tya est de­puis sui­vie par un allergologue qui a soi­gné des vic­times des « canapés chi­nois », il y a presque dix ans. « Il m’a tout de suite par­lé du di­mé­thyl­fu­ma­rate en re­con­nais­sant les mêmes symp­tômes que les gens qui avaient été brû­lés par les canapés. A cette dif­fé­rence que mes chaus­sures ne sont pas chi­noises mais turques. » Dé­sor­mais in­ter­dit en Eu­rope, ce pro­duit an­ti­moi­sis­sure avait fait des cen­taines de vic­times à par­tir de 2006, d’abord au Royaume-Uni et en Fin­lande puis en France. Il avait été dé­ce­lé dans des canapés fa­bri­qués en Chine, dont les ac­qué­reurs avaient dé­ve­lop­pé de graves ré­ac­tions cu­ta­nées.

Au­jourd’hui, Ka­tya va mieux, mais sa peau reste sen­sible et mar­quée : « En plus d’être dou­lou­reux, c’est in­es­thé­tique », en­rage la co­quette, qui compte en­ga­ger une ba­taille ju­di­ciaire dès qu’elle connaî­tra les ré­sul­tats des ana­lyses, « pour qu’on ar­rête de vendre des co­chon­ne­ries » ! De­puis sa plainte, huit per­sonnes se sont si­gna­lées à la Di­rec­tion dé­par­te­men­tale de la pro­tec­tion des po­pu­la­tions du Pas-de-Ca­lais*. Elles se­raient au moins cinq dans le Nord.

« L’ALLERGOLOGUE A RE­CON­NU LES MÊMES SYMP­TÔMES QUE DANS L’AF­FAIRE DES CANAPÉS CHI­NOIS » KA­TYA LE­MAITRE

* La DDPP in­vite les éven­tuelles vic­times à la contac­ter à ddpp@pasde-ca­lais.gouv ou au 03.21.21.26.26.

Bé­thune (Pas-de-Ca­lais), le 3 juillet. Ka­tya est prête à al­ler en jus­tice pour que d’autres clients ne souffrent pas comme elle de brû­lures aux pieds à cause d’un pro­duit trai­té au di­mé­thyl­fu­ma­rate.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.