Et si vous n’en trou­vez pas ?

Le Parisien (Val d'Oise) - - SOCIÉTÉ - E.M.

VOTRE MÉ­DE­CIN éva­lue­ra quel trai­te­ment est le plus adap­té si vous ne sup­por­tez pas la nou­velle for­mule. En plus de l’Eu­thy­rox, d’autres pos­si­bi­li­tés existent : la L-Thy­roxine Serb, ver­sion li­quide du Le­vo­thy­rox, d’une com­po­si­tion sem­blable à l’an­cienne ver­sion, était pres­crite aux en­fants et aux per­sonnes âgées qui avaient du mal à dé­glu­tir. Elle est dé­sor­mais ac­ces­sible à tous. Mais elle reste li­mi­tée, pré­cise l’ANSM, gen­darme du mé­di­ca­ment. Autre so­lu­tion, d’ici la mi-oc­tobre : L-Thy­roxin Hen­ning, en com­pri­mé sé­cable, du la­bo­ra­toire Sa­no­fi. Des boîtes se­ront im­por­tées d’Al­le­magne où il est com­mer­cia­li­sé de­puis long­temps. Il se­ra en­suite mis sur le mar­ché fran­çais. « Des né­go­cia­tions sont en cours pour élar­gir le nombre de trai­te­ments », an­nonce l’ANSM, avant de mar­te­ler : « At­ten­tion, la grande ma­jo­ri­té des pa­tients n’ont pas d’ef­fets se­con­daires dus à la nou­velle for­mule. Si elle vous convient, n’en chan­gez sur­tout pas. »

Eu­thy­rox an­cienne for­mule, lu et ap­prou­vé pour que l’or­don­nance soit re­ce­vable ? D’ailleurs, je me de­mande s’ils sont as­sez in­for­més pour dire à un pa­tient : Oui, vos symp­tômes sont dus à l’an­cienne for­mule ou : Non, c’est autre chose », s’in­ter­roge-t-il. A quelques jours du top dé­part, l’or­ga­ni­sa­tion reste floue. Et les ques­tions de­meurent.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.