Mal­com, l’autre ma­gi­cien

Le Sud-Amé­ri­cain des Gi­ron­dins, qui va se me­su­rer à Ney­mar, jouit d’une cote for­mi­dable dans son club, où l’on ne cesse de van­ter son ta­lent.

Le Parisien (Val d'Oise) - - FOOTBALL AUTRE MATCH - DE NOTRE COR­RES­PON­DANT OLI­VIER BER­NARD À BOR­DEAUX (GI­RONDE)

le joueur ma­jeur d’une équipe am­bi­tieuse, son pre­mier ti­reur de pe­nal­ty et se com­por­ter en gent­le­man. Sa­me­di der­nier face à Guin­gamp, à 0-0, Mal­com a ain­si spon­ta­né­ment lais­sé à Ni­co­las de Pré­ville, en quête de son pre­mier but à Bor­deaux, le soin de frap­per un pe­nal­ty im­por­tant. L’an­cien Lillois a ap­pré­cié, mal­gré son échec.

Le mi­lieu of­fen­sif bré­si­lien au­rait donc pu se pré­sen­ter à Pa­ris avec une ligne de plus sur une feuille de sta­tis­tiques dé­jà bien rem­plie (trois buts et quatre passes dé­ci­sives). Autre mar­queur de l’im­por­tance de Mal­com, avec une moyenne de soixante-et-onze bal­lons tou­chés par match, le meilleur pas­seur de L 1 (à éga­li­té avec Ka­ma­no et Ney­mar) est le joueur of­fen­sif le plus sol­li­ci­té du cham­pion­nat der­rière l’ex­tra­ter­restre bré­si­lien du PSG. Mais Gour­ven­nec, le coach bor­de­lais, écarte sè­che­ment l’idée d’une « Mal­com dé­pen­dance » : « Je ne crois pas qu’à Bor­deaux il y a un seul joueur avec au­tour des faire-va­loir et une pipe sur le banc. » Son joyau of­fen­sif, qui a pro­lon­gé son contrat d’un an jus­qu’en juin 2021 mer­cre­di avec une re­va­lo­ri­sa­tion sa­la­riale à la clé, rai­sonne lui aus­si au plu­riel.

BOR­DEAUX A DIT NON À UNE OFFRE DE 50 M€ VE­NUE D’AL­LE­MAGNE

Très croyant, pré­nom­mé Mal­com par un père ad­mi­ra­tif du com­bat de Mal­com X en fa­veur des droits des Afro-Amé­ri­cains aux Etats-Unis dans les an­nées 1960, il s’est épa­noui aux Gi­ron­dins : « Je suis content d’avoir pro­lon­gé. J’aime ce club et je veux faire de grandes choses, être dé­ci­sif pour l’ai­der à re­trou­ver l’Eu­rope en jouant mon jeu et pro­gres­ser. Nous, les Bré­si­liens, on veut tous imi­ter Ney­mar. C’est un mo­dèle », sou­rit l’ex-ai­lier des Co­rin- thians, où il était ti­tu­laire à 17 ans. Au­jourd’hui, Mal­com af­fole l’Eu­rope. La presse an­glaise (« The Guar­dian ») et es­pa­gnole (« Mar­ca ») s’est in­té­res­sée à « l’autre Bré­si­lien de la Ligue 1 » après son but somp­tueux à Lyon en août. De nom­breux clubs, Man­ches­ter United et le Bo­rus­sia Dort­mund en tête, éga­le­ment. Mais, de­puis jan­vier 2016, son club a dit non à tout, même à une offre de 50 M€ ve­nue d’Al­le­magne.

L’été pro­chain, date (très) pro­bable du dé­part de Mal­com, les en­chères pour­raient rap­por­ter gros à Bor­deaux qui vient de ra­che­ter l’in­té­gra­li­té de ses droits pour en­vi­ron 10 M€ se­lon un haut membre du club. « Quand on voit ce qu’il fait, on est vrai­ment content qu’il soit res­té », lâche Yous­souf Sa­ba­ly.

Jo­ce­lyn Gour­ven­nec aus­si : « Mal­com est joyeux et en­traî­nant pour les autres. Même s’il est jeune (20 ans), il est très ma­ture. C’est un joueur dif­fé­rent qui pos­sède un ta­lent in­croyable. Mais il a en­core des pa­liers à fran­chir pour être en­core plus cos­taud quand il par­ti­ra. » En at­ten­dant, de mé­moire d’his­to­riques des Gi­ron­dins, on n’avait pas vu un tel phé­no­mène au club de­puis Zi­né­dine Zi­dane il y a vingt-cinq ans…

“MÊME S’IL EST JEUNE (20 ANS), IL EST TRÈS MA­TURE. C’EST UN JOUEUR DIF­FÉ­RENT QUI POS­SÈDE UN TA­LENT IN­CROYABLE JO­CE­LYN GOUR­VEN­NEC,

COACH BOR­DE­LAIS

Mal­com a ins­crit trois buts et fait quatre passes dé­ci­sives de­puis le dé­but de sai­son.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.