Griez­mann su­pers­tar

Le Parisien (Val d'Oise) - - QQR - BE­NOÎT DA­RA­GON SYL­VAIN MERLE

Lors de l’Eu­ro 2016, dont il a été le meilleur bu­teur, An­toine Griez­mann a ta­pé dans l’oeil d’Ales­san­dra Su­blet. L’ani­ma­trice a im­mé­dia­te­ment eu en­vie de faire un por­trait in­time de la nou­velle star du football fran­çais. En jan­vier der­nier, l’ani­ma­trice se rend donc à Ma­drid pour un en­traî­ne­ment de l’At­lé­ti­co. Pour sa pre­mière ren­contre avec An­toine Griez­mann, le mar­ché est simple : soit le cou­rant passe na­tu­rel­le­ment, soit ça ne mar­che­ra ja­mais. Ales­san­dra Su­blet a mouillé donc le maillot lors d’une par­tie de bas­ket, la pas­sion du jeune foot­bal­leur. Et tout s’est dé­coin­cé. Au­cune ré­vé­la­tion dans ce doc qui, avec ses re­pas en fa­mille, ses tra­jets en voi­ture et ses in­ter­views du père d’An­toine Griez­mann, lorgne plus du cô­té de « Pa­ris Match » que de « France Football ». Rien de pas­sion­nant, donc. Mais on se ré­jouit d’ob­ser­ver un homme bien dans ses bas­kets, qui as­pire à une vie tran­quille, mal­gré l’énorme pres­sion qu’il porte sur ses épaules. Vio­lée à l’âge de 13 ans par un pho­to­graphe cé­lèbre, Fla­vie Fla­ment ne s’est sou­ve­nue des faits qu’à 39 ans. Trop tard pour por­ter plainte… Une in­jus­tice pour les « vic­times ré­duites au si­lence », aux­quelles elle dé­die ce film. Char­gée dé­but 2017 par la mi­nistre de la Fa­mille d’une mis­sion sur l’op­por­tu­ni­té d’al­lon­ger le dé­lai avant pres­crip­tion, elle en­tend dé­mon­trer l’aber­ra­tion de la loi ac­tuelle. James Bond est char­gé d’or­ga­ni­ser la fuite à l’Ouest de Kos­kov, un gé­né­ral du KGB. Mais le trans­fuge fait l’ob­jet d’une ten­ta­tive d’as­sas­si­nat lors d’un concert. A la grande sur­prise de Bond, le tueur est une jo­lie vio­lon­cel­liste, qui ne laisse pas in­sen­sible le maître es­pion. On l’a dé­jà ou­blié, mais Ti­mo­thy Dal­ton a in­car­né à deux re­prises 007 à la fin des an­nées 1980. Il fait un es­pion de Sa Ma­jes­té plus froid et droit dans ses bottes que son pré­de­ces­seur, Ro­ger Moore. Ce qui ne change pas, c’est l’ac­tion, qui mène le hé­ros de la Tché­co­slo­va­quie à l’Af­gha­nis­tan, en pas­sant par le Ma­roc.

Avec en fil rouge ces sou­ve­nirs gla­çants res­sur­gis avec une ex­trême vio­lence vingt-six ans après, elle ren­contre Elo­die et Alice, deux autres vic­times de son vio­leur, mais aus­si Alexandre et An­tho­ny, abu­sés par un prêtre, Ch­ris­tophe, vio­lé des an­nées par un ami de la fa­mille. Ils disent la dif­fi­cul­té de par­ler alors et après, la dou­leur en­fouie, ou­bliée. Comme Fla­vie, Alexandre et An­tho­ny avaient oc­cul­té, une amné­sie post-trau­ma­tique que 40 % des vic­times dé­ve­lop­pe­raient…

La mis­sion qu’elle di­ri­geait avec le ma­gis­trat Jacques Cal­mettes a pré­co­ni­sé l’al­lon­ge­ment de dix ans de la pres­crip­tion, soit trente ans après la ma­jo­ri­té de l’en­fant au lieu de vingt. « La balle est dans le camp du lé­gis­la­teur », conclut-elle, en rap­pe­lant qu’on es­time à 120 000 le nombre d’en­fants agres­sés sexuel­le­ment chaque an­née.

21 : 00 20:50 20:55

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.