La pre­mière de Diar­ra

Coupe de la Ligue, De­mi-fi­nale. Le mi­lieu du PSG, même à court de forme, est dans le groupe à Rennes. L’en­traî­neur es­père pou­voir comp­ter sur lui contre le Real le 14 fé­vrier.

Le Parisien (Val d'Oise) - - LA UNE - PAR BER­TRAND MÉ­TAYER ET RO­NAN FOLGOAS

au PSG, acte 2. Une se­maine après la si­gna­ture de son contrat de dix­huit mois, le mi­lieu de ter­rain a été convo­qué par Unai Eme­ry pour le dé­pla­ce­ment à Rennes. Une in­té­gra­tion ex­press pour un joueur dont l’en­traî­neur es­pa­gnol es­ti­mait pour­tant, hier, qu’il avait en­core be­soin d’une se­maine d’en­traî­ne­ment sup­plé­men­taire. Mais, confron­té aux for­faits de Thia­go Mot­ta (mol­let) et de Drax­ler (dos), il s’est ré­so­lu à convo­quer l’an­cien Ma­dri­lène.

Un choix qui dé­montre la vo­lon­té du PSG de re­mettre sur pied au plus vite le rem­pla­çant na­tu­rel de Thia­go Mot­ta dont l’ab­sence ne cesse de se pro­lon­ger. Unai Eme­ry nourrit d’ailleurs le se­cret es­poir de pou­voir comp­ter sur sa re­crue le 14 fé­vrier face au Real Ma­drid. La course contre la montre est donc lan­cée. Car l’état phy­sique de Diar­ra in­ter­roge au sor­tir d’une an­née 2017 du­rant la­quelle il n’a dis­pu­té que cinq matchs, a for­tio­ri dans le très faible Cham­pion­nat des Emi­rats arabes unis. Li­bé­ré de son contrat avec Al-Ja­zi­ra avant Noël, l’in­ter­na­tio­nal fran­çais aux 34 sé­lec­tions s’est as­treint à une pré­pa­ra­tion phy­sique per­son­nelle très pous­sée dans l’op­tique de re­bon­dir ra­pi­de­ment.

Il était d’ailleurs en passe de s’en­ga­ger dans le club russe de Kras­no­dar lorsque Pa­ris est en­tré dans la danse. Mais, avant de lui oc­troyer un contrat à hau­teur de 4 M€ net par sai­son, Pa­ris a pris toutes les pré­cau­tions. Las­sa­na Diar­ra s’est ain­si sou­mis à une vi­site mé­di­cale très pous­sée. Son ge­nou gauche, ce­lui qui l’avait contraint à dé­cla­rer for­fait pour l’Eu­ro 2016, a no­tam­ment été ob­ser­vé à la loupe. Au vu des ré­sul­tats, le club a été ras­su­ré. Le staff pa­ri­sien a néan­moins conscience que Diar­ra, à bien­tôt 33 ans, ne pour­ra pas for­cé­ment en­chaî­ner les matchs tous les trois jours.

Quelles sont dé­sor­mais les chances de voir l’ex-Ma­dri­lène sur la pe­louse de Ber­na­beu ? Une ex­pé­rience pré­cé­dente nous donne quelques pistes. A l’été 2015, après un an sans jouer, « Lass » avait ain­si en­ta­mé son pre­mier match avec Marseille trente jours après avoir ap­po­sé sa si­gna­ture au bas de son contrat. Cette fois-ci, le dé­lai est en­core plus court.

« Le voir jouer contre le Real pa­raît très hy­po­thé­tique, es­time ain­si Ra­phaël Fèvre, an­cien pré­pa­ra­teur phy­sique du PSG. C’est un joueur vrai­ment très in­tel­li­gent mais, sur un match de ce ni­veau, on ne peut pas se gé­rer. On a beau faire les meilleurs en­traî­ne­ments du monde, rien ne peut rem­pla­cer la com­pé­ti­tion, les chan­ge­ments de rythmes et l’in­ten­si­té du jeu. Sur un match, ce­la peut pas­ser mais c’est un très gros risque. C’est comme jouer à la rou­lette russe. » Le PSG semble prêt au pa­ri.

« C’EST COMME JOUER À LA ROU­LETTE RUSSE » RA­PHAËL FÈVRE, AN­CIEN PRÉ­PA­RA­TEUR PHY­SIQUE DU PSG

Camp des Loges (Yve­lines), ven­dre­di. Las­sa­na Diar­ra (ici, en conver­sa­tion avec Zou­ma­na Ca­ma­ra) veut prou­ver à Unai Eme­ry qu’il a re­cou­vré l’in­té­gra­li­té de ses ap­ti­tudes phy­siques.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.