Je suis en classe Fraise, et toi ?

Dans cer­taines écoles et col­lèges, les classes ont dé­sor­mais des pe­tits noms. Coc­ci­nelle ou Le Cor­bu­sier, à chaque ni­veau son style, se­lon les votes des élèves ou le choix des pro­fes­seurs.

Le Parisien (Val d'Oise) - - SOCIÉTÉ - PAR CHRISTEL BRIGAUDEAU

« T’ES DANS QUELLE CLASSE ? » Ce grand clas­sique des ques­tions qu’on pose aux en­fants quand on ne sait pas quoi dire n’est pas aus­si conve­nu qu’on pour­rait le croire. Car, en lieu et place de « chez les moyens­grands « ou « en 4e C », il est dé­sor­mais pos­sible de s’en­tendre ré­pondre : « Je suis en classe Fraise. » Le phé­no­mène se dé­ve­loppe, dans les écoles et les col­lèges. A Pa­ris, à Or­léans, dans la Loire ou en Al­sace, on donne des noms un peu comme à l’ENA (lire l’en­ca­dré). L’éven­tail des pos­sibles est aus­si large que l’ima­gi­na­tion des en­sei­gnants, ou la fan­tai­sie des élèves, quand on leur laisse voix au cha­pitre pour cette dé­li­cate mis­sion.

Au col­lège de Ploër­mel (Morbihan), c’est le prin­ci­pal qui a choi­si, et les noms n’ont pas va­rié de­puis 2013. Cha­cun rend hom­mage à une île bre­tonne : Bel­leIle, Bré­hat, Mo­lène… « Nous avons aus­si bap­ti­sé les salles se­lon des ca­pi­tales, et le CDI s’ap­pelle Union eu­ro­péenne », in­forme la do­cu­men­ta­liste. A Lar­dy (Es­sonne), le col­lège Ger­maine-Til­lion dis­tille de la culture gé­né­rale à tous les étages : déesses grecques en 6e, ma­thé­ma­ti­ciens en 5e… Et chez les ma­ter­nelles de l’école de Pé­lus­sin (Loire), « on a aban­don­né les noms pe­tits, moyens et

grands, qui in­dui­saient une hié­rar­chie entre les en­fants : l’idée est de leur mon­trer que cha­cun a sa place, avec ses dif­fé­rences », note Ma­ryse Stof­fel, enseignante dans la classe des « Fraises ». Les voi­sins s’ap­pellent « So­leils », les CP « Co­chons ».

En­sei­gne­ment ca­tho­lique oblige, des saints veillent au grain chez les 6e de Sainte-Croix­Saint-Eu­verte, à Or­léans (Loi­ret). Leurs aî­nés de 5e ont hé­ri­té des châteaux de la Loire. Cham­bord, au rap­port ! « Nous avons com­men­cé à cette ren­trée, ra­conte la di­rec­trice ad­jointe, Axelle Ber­ger. On crée du lien entre les élèves, une iden­ti­té. Ils ap­pré­cient de dé­co­rer leur salle en fonc­tion de leur nom… »

Ca­ro­line Velt­cheff, ins­pec­trice ré­gio­nale de l’Edu­ca­tion na­tio­nale, spé­cia­liste du cli­mat sco­laire, voit dans ces ini­tia­tives « la prise de conscience qu’on ne peut plus conti­nuer à fa­bri­quer des éta­blis­se­ments sco­laires étei­gnoirs, dans les­quels on s’en­nuie à heures fixes de 8 heures à 17 heures. Ce genre de pe­tites choses peut par­ti­ci­per à re­con­qué­rir les élèves, sus­ci­ter leur cu­rio­si­té ». Sur­tout quand le nom fait ré­fé­rence — c’est sou­vent le cas — à un pro­jet en­thou­sias­mant me­né pen­dant l’an­née. Au col­lège Olympe-de-Gouges d’Ing­willer (Bas-Rhin), les jeunes votent en juin pour leur thème d’étude pour l’an­née à ve­nir : les pro­fes­seurs bap­tisent la promo en fonc­tion. « Les écoles par­ti­cipent aus­si pour la 6e et on change tous les ans », pré­cise la prin­ci­pale, Anne Kel­ler, qui a ap­por­té l’idée dans son car­table de son pré­cé­dent éta­blis­se­ment, il y a trois ans.

Cette an­née, Lu­cie est en 3e Le Cor­bu­sier — elle ira bien­tôt vi­si­ter avec sa classe une cha­pelle construite près d’Ing­willer par l’illustre ar­chi­tecte. « Sur les bul­le­tins, on s’ap­pelle Cor­bu, parce que les do­cu­ments ad­mi­nis­tra­tifs ne pré­voient que cinq lettres pour les noms de classe », ex­plique l’ado­les­cente. Le nom de sa promo en 6e lui laisse un pe­tit goût amer : « On avait vo­té pour le thème des bon­bons en pen­sant s’ap­pe­ler Ta­ga­da, mais comme on n’a pas le droit d’uti­li­ser des marques, on s’est re­trou­vés avec des trucs un peu bi­zarres. » Lu­cie était en 6e « Pra­line ». Et se­lon elle, « ça fait pas gé­nial ».

Fi­ni les 5e A, les 4e 2… Des éta­blis­se­ments pré­fèrent don­ner à leurs classes de vrais noms, à l’ins­tar de l’ENA, où chaque pro­mo­tion est nom­mée d’après un homme illustre.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.