88,3 % de réussite au bac­ca­lau­réat

Les ré­sul­tats sont en légère hausse par rap­port à l’an der­nier et 47,7 % des can­di­dats ont une men­tion.

Le Parisien (Val d'Oise) - - SOCIÉTÉ - L.S.

au bac­ca­lau­réat a at­teint cette an­née 88,3 %, en légère hausse (0,4 point) par rap­port à l’an­née pré­cé­dente, se­lon les chiffres qua­si dé­fi­ni­tifs du mi­nis­tère de l’Edu­ca­tion na­tio­nale pu­bliés hier après les oraux de rat­tra­page. L’an der­nier, il avait at­teint 87,9 %, en lé­ger re­pli (- 0,6 point) après le pour­cen­tage re­cord de réussite af­fi­ché en 2016.

Dans le dé­tail, le mi­nis­tère pré­cise que le ré­sul­tat s’élève à 91,1 % pour le bac gé­né­ral (+ 0,4 point), 88,9 % pour le bac tech­no­lo­gique (- 1,6 point) et 82,6 % pour le bac pro­fes­sion­nel (+ 1,1 point). Au to­tal, 675 600 can­di­dats sont de­ve­nus ba­che­liers à l’is­sue de cette ses­sion, pré­cise la rue de Gre­nelle. Sur les 765 000 can­di­dats à la ses­sion 2018, 52 % pas­saient un bac gé­né­ral, 20 % un bac tech­no­lo­gique et 28 % un bac pro­fes­sion­nel.

Les taux de réussite va­rient en fonc­tion des sé­ries. Comme chaque an­née, la sé­rie scien­ti­fique (S) af­fiche le plus gros score, avec 91,8 % d’ad­mis, un chiffre stable par rap­port à 2017. Dans la fi­lière gé­né­rale, c’est le bac éco­no­mique et so­cial (ES) qui af­fiche une hausse de son taux de réussite (+ 1,3 %).

Le mi­nis­tère a aus­si don­né le dé­tail des men­tions : 47,7 % des can­di­dats au bac en ob­tiennent une. Cette pro­por­tion at­teint 54,1 % dans la voie gé­né­rale où 30,1 % des can­di­dats ont ob­te­nu une men­tion bien ou très bien. Dans les voies tech­no­lo­gique et pro­fes­sion­nelle, près de 41 % des can­di­dats ont ob­te­nu une men­tion (28 % une men­tion as­sez bien).

CHAN­GE­MENTS POUR LA SES­SION DE 2021

Pour l’édition 2018, le bac n’a pas connu de gros chan­ge­ments. La ré­forme de cet exa­men ri­tuel, pro­mise cet hi­ver par le mi­nistre de l’Edu­ca­tion na­tio­nale, Jean-Michel Blan­quer, est pré­vue pour la ses­sion 2021 et se­ra étren­née par les élèves ac­tuel­le­ment en classe de troisième. L’exa­men ne comp­te­ra plus que quatre épreuves écrites : le fran­çais en pre­mière, deux épreuves dites de spé­cia­li­té après les vacances de prin­temps en ter­mi­nale, et la phi­lo fin juin. Un grand oral, d’une du­rée de vingt mi­nutes, se dé­rou­le­ra aus­si fin juin.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.