QU’ATTENDEZ-VOUS DE LA RÉ­FORME ? *

Le Parisien (Yvelines) - - FAIT DU JOUR - PRO­POS RE­CUEILLIS PAR PAS­CALE ÉGRÉ

J’es­père qu’elle ira plus dans le sens des sa­la­riés

que dans ce­lui du Me­def. Je suis en CDI dans une boîte qui a les reins so­lides, mais je pense à mes amis pa­trons de PME ou au­toen­tre­pre­neurs. Il fau­drait que la loi ré­ta­blisse l’équi­libre entre TPE-PME et mul­ti­na­tio­nales. Les soulager leur per­met­tra de créer de l’em­ploi.

Qu’elle fa­ci­lite la pos­si­bi­li­té d’exer­cer plu­sieurs em­plois

en même temps ! Qu’il soit plus fa­cile de dé­mis­sion­ner et de chan­ger de poste. J’en at­tends plus de flui­di­té. La sup­pres­sion du CDI ne me dé­ran­ge­rait pas à condi­tion de trou­ver l’équi­libre entre la san­té de l’en­tre­prise et le bien-être de ses sa­la­riés.

J’ai du mal à voir le cô­té so­cial dans tout ça.

J’irai ma­ni­fes­ter ! Je crois qu’il y a un âge où il est bien d’être flexible, mais que le tra­vail est lié à la vie per­son­nelle, avec ac­cès à un lo­ge­ment, à un prêt, etc. Si on ne pro­tège pas ceux qui ne sont pas ca­pables de trou­ver fa­ci­le­ment un em­ploi, ce­la ne fe­ra qu’ac­croître les in­éga­li­tés.

Si ce­la nous rap­proche du mo­dèle an­glo­saxon,

tant mieux. Il faut en­cou­ra­ger la mo­bi­li­té. Je tra­vaille dans une start-up, je suis ro­dée à une sorte d’in­sé­cu­ri­té. Le pro­blème, c’est la men­ta­li­té fran­çaise : les em­ployeurs risquent de li­cen­cier plus fa­ci­le­ment sans que les em­ployés y trouvent des avan­tages.

Que les ac­quis so­ciaux soient pré­ser­vés

et que les syn­di­cats puissent en­core avoir un poids… Mais ce ne se­ra pas ça ! La mé­thode Ma­cron, c’est le tra­vail à la mode bri­tan­nique avec em­ploi je­table. Sauf qu’on n’a pas la même culture. La flexi­bi­li­té, je n’y crois pas. Ils vont tou­cher au Code du tra­vail et puis après ce se­ra les re­traites.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.