Puis-je contes­ter l’in­dem­ni­sa­tion pro­po­sée par les as­su­rances ?

Le Parisien (Yvelines) - - VIE QUOTIDIENNE - ADELINE DABOVAL

« Notre mai­son a su­bi un in­cen­die en 2011 qui met en pé­ril sa sta­bi­li­té. Notre as­su­rance et celle du lo­ca­taire pro­posent une in­dem­ni­sa­tion que j’es­time in­suf­fi­sante. Une ex­per­tise ju­di­ciaire a eu lieu sans ma pré­sence. Puis-je ré­cla­mer un diag­nos­tic de la struc­ture ? » Na­dia, 50 ans, Pa­ris. « Le Code des as­su­rances n’im­pose pas une ex­per­tise d’of­fice. L’in­dem­ni­té ver­sée par les as­su­rances est en prin­cipe fixée en ac­cord avec le contrat ET l’as­su­ré. Si l’as­su­ré et l’as­su­reur ne s’en­tendent pas sur le mon­tant, il peut être éta­bli soit une ex­per­tise amiable, soit une ex­per­tise ju­di­ciaire. En cas d’in­cen­die, l’ex­per­tise ju­di­ciaire ne peut être ef­fec­tuée que si l’ex­per­tise amiable n’est pas ter­mi­née dans les trois mois qui suivent la re­mise de la liste des ob­jets et élé­ments dé­truits ou dé­té­rio­rés. Dans votre cas, il y a eu une ex­per­tise ju­di­ciaire. Elle s’im­pose aux par­ties. Si elle a eu lieu alors que vous n’avez pas été convo­quée ou va­la­ble­ment re­pré­sen­tée, elle ne peut pas être uti­li­sée contre vous en prin­cipe. Mais au re­gard de la com­plexi­té de votre af­faire, qui en plus est an­cienne, il se­rait op­por­tun de prendre les conseils d’un avo­cat. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.