Telle qu’elle

Le Parisien (Yvelines) - - LOISIRS -

ELLE A ÉTÉ jus­qu’ici la ro­man­cière des brumes de l’âme mais, dit-elle, même si l’écri­ture l’a sau­vée, « j’étais en­core bien trop lisse, trop bien­veillante, je po­sais des filtres par­tout sur les mots ». Dans ce nou­veau livre, sans doute le plus in­time de tous, l’au­teur de « Lettres d’une amou­reuse morte » dit com­ment un fais­ceau d’ap­pa­rences — et par­mi elles celle d’être « la pe­tite fille des beaux quar­tiers née avec une cuillère d’ar­gent dans la bouche » — peut brouiller une exis­tence, pié­ti­ner une iden­ti­té et in­jec­ter dans l’encre du sty­lo le poi­son d’un sen­ti­ment d’illé­gi­ti­mi­té. Elle doit à une opé­ra­tion chi­rur­gi­cale dé­ter­mi­nante d’avoir dé­ci­dé de ne plus être celle qui vi­vait à cô­té de soi. Ce ré­cit cou­ra­geux et doux par­le­ra à tous ceux qui cherchent le cou­rage de je­ter par-des­sus bord ce qui les en­combre. « Ma vie sans moi », de Na­tha­lie Rheims, Ed. Léo Scheer, 188 p., 15,50 €.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.