At­ten­tion aux faux po­li­ciers !

Le Pays Briard - - À la une -

Une re­cru­des­cence des vols à la fausse qua­li­té, com­mis par de faux po­li­ciers, a été re­cen­sée dans le sud de la Seine-etMarne. Mé­fiance.

Ils se pré­tendent no­tam­ment po­li­ciers, agents des eaux ou d’EDF, et pro­fitent de la vul­né­ra­bi­li­té des per­sonnes âgées pour leur dé­ro­ber leurs biens à do­mi­cile.

La gen­dar­me­rie, qui a consta­té une re­cru­des­cence de ce type de faits dans le sec­teur de Cé­lyen-Bière, et la po­lice na­tio­nale ap­pellent à la plus grande vi­gi­lance.

Dans le res­sort ju­di­ciaire de Fon­tai­ne­bleau, plu­sieurs vols de ce genre ont ain­si été consta­tés au mois de sep­tembre.

À Ne­mours, deux mal­fai­teurs vê­tus de bleu ont ex­hi­bé une carte si­glée « po­lice » de­vant un couple d’oc­to­gé­naires. Pré­ten­dant avoir in­ter­pel­lé une vo­leuse, ils ont de­man­dé à vi­si­ter le do­mi­cile et sont re­par­tis avec 400 € et des bi­joux.

« Il faut rap­pe­ler qu’un titre de carte de po­lice est sé­cu­ri­sé et a le même for­mat qu’un per­mis de conduire », in­dique-t-on au com­mis­sa­riat de la ville, en charge des in­ves­ti­ga­tions. La cir­cons­crip­tion de po­lice de Mo­ret-sur-Loing mène éga­le­ment deux en­quêtes si­mi­laires.

Di­manche 24 sep­tembre, à Saint-Mam­mès, deux hommes en uni­forme ont son­né chez une re­trai­tée de 89 ans en lui de­man­dant de vé­ri­fier si ses bi­joux n’avaient pas été vo­lés. La re­trai­tée ne s’est pas mé­fiée et a conduit les deux in­di­vi­dus à l’étage. Ces der­niers ont dé­ro­bé dans une boîte des chaînes et des bra­ce­lets en or, ain­si que 400 €.

Deux jours plus tard, le mar­di 26 sep­tembre, c’est un ha­bi­tant de Ve­neux-les-Sa­blons, âgé de 88 ans, qui a été la cible de deux faux po­li­ciers. Alors qu’il était par­ti faire des courses, en lais­sant la fe­nêtre ou­verte, les in­di­vi­dus sont ren­trés chez lui et ont dé­ro­bé son por­te­feuille. À son re­tour, ils lui ont re­mis le bien qui lui ap­par­te­nait en de­man­dant le code de la carte bleue pour faire op­po­si­tion. L’oc­to­gé­naire a ob­tem­pé­ré sans se mé­fier et les in­di­vi­dus ont pu ef­fec­tuer un re­trait de 300 € à In­ter­mar­ché et un autre au dis­tri­bu­teur de billets du Cré­dit agri­cole. Les en­quêtes sont en cours.

« Il ne faut ja­mais re­mettre un code de carte ban­caire, même si quel­qu’un se pré­tend po­li­cier,

sou­ligne-t-on au com­mis­sa­riat de Fon­tai­ne­bleau, qui a en­re­gis­tré 6 vols à la fausse qua­li­té de­puis le dé­but de l’an­née.

Quand des in­di­vi­dus se pré­sentent à do­mi­cile avec un ob­jet pré­ten­du­ment vo­lé, il n’y a au­cune ur­gence, et il faut ap­pe­ler le 17 pour vé­ri­fier si un équi­page de po­lice a été en­voyé, en lais­sant les mal­fai­teurs à la porte.

Il n’y a au­cune rai­son qu’ils rentrent dans le do­mi­cile. Il ne faut pas se lais­ser em­bo­bi­ner par le cha­ra­bia de ces vrais ba­ra­ti­neurs. »

« Sou­vent les en­quêtes

s’avèrent dif­fi­ciles, car les vic­times âgées donnent des des­crip­tions floues des au­teurs et se rendent comptent du vol bien trop tard, re­grette une source po­li­cière.

Les mal­fai­teurs font une ou quelques vic­times dans le sec­teur puis on ne les re­voit plus ».

Le par­quet de Fon­tai­ne­bleau rap­pelle que les vols à la fausse qua­li­té, avec usur­pa­tion d’iden­ti­té d’un dé­po­si­taire de l’au­to­ri­té pu­blique, est pas­sible de 5 ans de pri­son.

Agnès GAUDICHON-BRAÏK

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.