Gros suc­cès pour la jour­née de ta­touages gra­tuits contre dons à la SPA

Le Pays Briard - - L’actu Du Département - Yoann VALLIER

Entre 300 et 500 per­sonnes étaient à Fon­tai­ne­bleau ce sa­me­di pour es­pé­rer se faire ta­touer gra­tui­te­ment contre… un don en na­ture pour la SPA. Une ini­tia­tive qui avait fait le buzz ! Cer­tains ont fait la queue de­puis 3 heures du ma­tin.

Cer­tains sont là de­puis 3 h du ma­tin ! L’opé­ra­tion « ta­touages gra­tuits contre dons à la SPA » ima­gi­née par Joey, pa­tron de la bou­tique de ta­touage « Ink Fe­ver » de Fon­tai­ne­bleau a connu un suc­cès qui a dé­pas­sé toutes ses at­tentes.

Son ap­pel sur Fa­ce­book a été re­layé des di­zaines de mil­liers de fois sur les ré­seaux so­ciaux, à tel point que la queue était im­pres­sion­nante ce sa­me­di mal­gré le froid et la pluie. « Je suis là de­puis 5 h du ma­tin, nous dit Florian qui est l’un des pre­miers à se faire ta­touer. C’est ma ché­rie qui m’a convain­cu de ve­nir, et j’ai choi­si de me faire ta­touer le pré­nom de mon père Gé­rald » .

Joey, le sou­rire aux lèvres mal­gré le stress d’une telle jour­née, se dit « heu­reux de ce suc­cès. Comme nous avons re­çu des com­men­taires né­ga­tifs sur Fa­ce­book, à un mo­ment, j’ai pen­sé tout an­nu­ler. Mais fi­na­le­ment, on a choi­si d’al­ler jus­qu’au bout » . De­vant la bou­tique, les bé­né­voles de la SPA de Vaux-le-Pé­nil re­cueillent sous un abri de for­tune les dons, nom­breux for­cé­ment.

Des cro­quettes, des jouets, des niches… et pour cer­tains la pos­si­bi­li­té de feuille­ter le ca­ta­logue des ani­maux à adop­ter du re­fuge. « C’est une su­per ini­tia­tive, nous disent les bé­né­voles. On a de vrais be­soins, et si on a trop de dons, on les re­dis­tri­bue­ra à des pe­tites as­so­cia­tions de dé­fense des ani­maux qui ont aus­si grand be­soin de cette aide ma­té­rielle » .

Sur le trot­toir, la file s’al­longe au fil des mi­nutes, et avec seule­ment trois ta­toueurs en bou­tique, tout le monde n’au­ra pas son ta­touage : « ce n’est pas grave, je suis ve­nu ici pour sou­te­nir l’opé­ra­tion » , nous dit un par­ti­ci­pant. Les pre­miers à en­trer dans la bou­tique ont at­ten­du long­temps, très long­temps même : « je me suis le­vée à 4 h du ma­tin, on s’est re­layés en al­lant à tour de rôle se ré­chauf­fer dans la voi­ture, nous dit une jeune femme. C’est gé­nial d’al­lier deux bonnes ac­tions comme ça. J’es­père que ce genre d’ini­tia­tives se­ra re­con­duite » .

Par­mi les per­sonnes qui pa­tientent, cer­tains sont ve­nus de loin, un couple ayant par­cou­ru 500 ki­lo­mètres pour par­ti­ci­per. « Dom­mage qu’au­cun com­mer­çant de Fon­tai­ne­bleau n’ait eu l’idée de par­ti­ci­per en fai­sant un don » , glisse Joey entre deux ta­toos. Pas grave, son opé­ra­tion gé­né­reuse est un suc­cès. Et l’hi­ver de ses amis les bêtes se­ra un peu moins rude.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.