Vo­ler, « une mau­vaise ha­bi­tude » sanc­tion­née de 6 mois de pri­son

Le Pays Malouin - - Saint-malo Pays De - N.F.

Le tri­bu­nal de Saint-Ma­lo a condam­né un homme de 37 ans à 6 mois d’em­pri­son­ne­ment pour le vol de ma­té­riel multimédia com­mis, en jan­vier der­nier, dans une grande sur­face ma­louine.

Le 17 jan­vier, les agents de sé­cu­ri­té du ma­ga­sin Le­clerc de Saint-Ma­lo re­tiennent un homme soup­çon­né de vol, qui vient d’em­prun­ter la sor­tie « sans achats ». La po­lice l’in­ter­pelle. Dans son blou­son, un IPad mi­ni, un smart­phone ain­si qu’un cran d’ar­rêt sont re­trou­vés. Pré­sen­té en com­pa­ru­tion im­mé­diate, le pré­ve­nu de­mande un dé­lai pour pré­pa­rer sa dé­fense. L’audience s’est fi­na­le­ment te­nue mer­cre­di 15 fé­vrier.

Des dettes à épon­ger ?

« C’est la der­nière fois », in­siste le pré­ve­nu à la barre du tri­bu­nal. Vo­ler, on ne l’y re­pren­dra pas ! Il re­grette : « C’était un acte ir­ré­flé­chi », un moyen fa­cile de trou­ver de l’ar­gent pour, se­lon lui, épon­ger des dettes. Pour preuve de sa bonne foi, il avance une in­ser­tion pro­fes­sion­nelle plu­tôt réus­sie et l’im­por­tance qu’il at­tache à son rôle de père d’un pe­tit gar­çon.

« C’est bien beau de dire je ne vais pas re­com­men­cer », com­mente, du­bi­ta­tif, le juge Guillaume Bail­hache. Car des rai­sons de dou­ter, il y en a : de­puis son ar­ri­vée en France il y a quinze ans, le Géor­gien a com­pa­ru à une di­zaine de re­prises pour des faits si­mi­laires, la der­nière fois en 2013. Il est aus­si pour­sui­vi pour un vol com­mis à la Fnac de Pleur­tuit l’été der­nier et qui se­ra ju­gé en mars pro­chain.

Avant, « je vi­vais avec des vols »

Po­sé, le tren­te­naire ex­plique que vo­ler est « une mau­vaise ha­bi­tude » de son pas­sé. En France, il n’a pu tra­vailler avant 2010. Jusque-là, « je vi­vais avec des vols », mais « j’ai fait des ef­forts ». Il a pris des cours pour par­ler le fran­çais, s’est for­mé au mé­tier de char­pen­tier qu’il exerce dé­sor­mais en in­té­rim, ce qui lui as­sure en­vi­ron 1 400 € de re­ve­nus men­suels.

« Il choi­sit la fa­ci­li­té »

Le pré­ve­nu est le « seul à ne pas com­prendre et en­tendre » les aver­tis­se­ments ré­pé­tés de la jus­tice, es­time le par­quet qui consi­dère qu’avec sa si­tua­tion pro­fes­sion­nelle dé­sor­mais stable, « il choi­sit la fa­ci­li­té ». Au vu des an­té­cé­dents ju­di­ciaires et de la si­tua­tion de ré­ci­dive, le tri­bu­nal a sui­vi pour par­tie les ré­qui­si­tions en condam­nant le pré­ve­nu à de la pri­son (6 mois au lieu de l’an­née re­quise) et en or­don­nant son main­tien en dé­ten­tion. La de­mande d’amé­na­ge­ment de peine de­man­dée par l’avo­cat de la dé­fense, Me La­haie, a été re­je­tée. En sus, le pré­ve­nu n’a pas le droit, pen­dant trois ans, de dé­te­nir ou de por­ter une arme sou­mise à au­to­ri­sa­tion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.