« Con­trac­tua­li­ser per­met d’or­ga­ni­ser sa pro­duc­tion »

Le Pays Roannais (Charlieu) - - Vie Régionale L'actu - C. V. Ch­ris­tian Ver­det

Her­vé Ric­ca et sa femme ex­ploitent une ferme de 37 hec­tares, à Boyer, de­puis 30 ans. Ils four­nissent de la viande au sein de L’AMAP.

« J’élève des vaches Au­brac, des pou­lets, mais je fais aus­si de la fa­rine avec un blé an­cien, le Mu­tic du Brion­nais », ex­plique Her­vé, qui tient à l’ap­pel­la­tion de pay­san. « Je viens une fois par mois au centre so­cial du Mou­lin à vent. J’al­terne : une fois c’est du boeuf, puis du pou­let et du veau. »

« Ins­tal­ler de nou­veaux pay­sans »

Le pro­duc­teur, en bio de­puis 20 ans, ne ta­rit pas d’éloges au su­jet de L’AMAP : « Le fait d’avoir une vente sûre per­met de sé­cu­ri­ser la pro­duc­tion, c’est su­per im­por­tant. Et puis, comme c’est un ap­pro­vi­sion­ne­ment lo­cal, on pri­vi­lé­gie les pe­tites struc­tures. »

Her­vé in­siste égale­ ment sur le fait qu’un des ob­jec­tifs de L’AMAP est aus­si d’ins­tal­ler « de fu­turs pay­sans, et pas des in­dus­tries ». Pour lui, à tra­vers la struc­ture passent des va­leurs. Les gens sont sen­si­bi­li­sés à l’en­vi­ron­ne­ment, au so­cial, mais aus­si à la san­té, no­tam­ment contre l’usage des pes­ti­cides. « Si le bio n’est qu’un ca­hier des charges, ce n’est pas in­té­res­sant. Le bio, c’est aus­si le par­tage et la so­li­da­ri­té. »

CONVIC­TION. « Il faut dé­ve­lop­per ces pôles de consom­ma­tion ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.