« S’épa­nouir, un mo­teur »

Na­bih Ne­j­jar a été ré­élu à la di­rec­tion de L’IUT de Roanne

Le Pays Roannais (Charlieu) - - Vie Régionale L'actu - Ju­lien Va­che­ron ju­lien.va­che­ron@gmail.com JU­LIEN VA­CHE­RON

Na­bih Ne­j­jar vient d’être ré­élu pour cinq ans à la di­rec­tion de L’IUT de Roanne. Pour ce se­cond man­dat, le chef d’éta­blis­se­ment veut mettre l’ac­cent sur la réus­site de ses étu­diants.

Je veux per­mettre à L’IUT de conti­nuer sa bonne pro­gres­sion, à la fois en re­cru­te­ment et en re­la­tions avec le ter­ri­toire (col­lec­ti­vi­tés, en­tre­prises, as­so­cia­tions). Je veux aus­si as­su­rer la réus­site de nos étu­diants : il faut qu’ils se trouvent bien à L’IUT et qu’ils y ac­quièrent des com­pé­tences pour conti­nuer leur che­min pro­fes­sion­na­li­sant dans notre ter­ri­toire ou ailleurs. Et puis, il faut ac­cen­tuer l’ou­ver­ture de L’IUT sur la so­cié­té ci­vile.

En quoi la sen­si­bi­li­sa­tion de vos étu­diants à l’en­tre­pre­neu­riat est-elle pri­mor­diale ?

La pre­mière ac­tion sur l’en­tre­pre­neu­riat que j’ai por­tée à L’IUT de Roanne (sou­te­nue par la Ré­gion), c’était en 1997. Ce n’est donc pas tout à fait ré­cent. Nos étu­diants sont sen­si­bi­li­sés à l’en­tre­pre­neu­riat dans leur pro­gramme pé­da­go­gique pour cer­tains, comme dans le dé­par­te­ment Ges­tion des en­tre­prises et ad­mi­nis­tra­tions, mais aus­si par le biais de confé­rences et de pro­jets tu­to­rés.

À notre échelle, on veut sim­ple­ment mon­trer à nos étu­diants que la créa­tion d’en­tre­prise est pos­sible ! […] On a deux élé­ments ­ un an­cien étu­diant et une ac­tuelle ­ qui ont le sta­tut d’étu­diant­ en­tre­pre­neur pro­po­sé par l’uni­ver­si­té de Lyon.

Jus­te­ment, quels sont atouts de ce sta­tut ?

les La per­sonne qui a ce sta­tut­là ­ qui est na­tio­nal ­ bé­né­fi­cie d’une cou­ver­ture so­ciale d’étu­diant. Avant, ce ■ n’était pas pos­sible pour un étu­diant qui sor­tait du sys­tème uni­ver­si­taire avec l’am­bi­tion de créer son en­tre­prise. Dans ce cas de fi­gure, il était sus­pen­du.

Grâce au sta­tut d’étu­diant­en­tre­pre­neur, ça change. Dans le cadre de l’uni­ver­si­té de Lyon, on peut al­ler au­de­là du sta­tut, avec un ac­com­pa­gne­ment per­son­na­li­sé : un ré­fé­rent aca­dé­mique et un ré­fé­rent pro­fes­sion­nel sont nom­més.

Pour les cinq an­nées à ve­nir, qu’at­ten­dez-vous de vos étu­diants pour qu’ils réus­sissent en­core mieux ?

J’at­tends qu’ils soient heu­reux et qu’ils s’épa­nouissent. Le mo­teur de l’ac­ti­vi­té, c’est le plai­sir ! Je veux qu’ils soient ac­teurs de leurs pro­jets per­son­nels et pro­fes­sion­nels. Dans tous nos pro­grammes pé­da­go­giques, on a une par­tie consa­crée à ce­la. Il faut aus­si qu’ils par­ti­cipent ac­ti­ve­ment à la vie du cam­pus. Quand on leur dé­livre un di­plôme, il ne faut pas que ce di­plôme et les com­pé­tences les qu’on leur donne les en­ferment.

« Des étu­diants ac­teurs de leurs pro­jets pro­fes­sion­nels et pé­da­go­giques »

Na­bih Ne­j­jar, quels sont les chan­tiers de votre se­cond man­dat à la tête de L’IUT de Roanne ? RÉUS­SITE. Na­bih Ne­j­jar est sou­cieux de l’épa­nouis­se­ment de ses étu­diants.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.